Bienvenue !

Nous sommes ravis de vous accueillir sur le forum des pilotes privés.
Vous êtes sur un forum de discussions public, permettant aux pilotes privés, mais aussi à tous les passionnés des choses de l'air, d"échanger leurs idées, leurs expériences, leurs questions.
S'il s'agit de votre premier accès à ce site et que vous n'avez pas créé de pseudonyme, votre accès est restreint. Vous devez obligatoirement vous enregistrer avant de pouvoir accéder à la totalité des rubriques, et apporter vos contributions. L'enregistrement ne prend que quelques secondes.
Pour cela, cliquez sur l'option "M'enregistrer " dans le menu à droite ci-dessus. Si vous possédez déjà un identifiant, indiquez-le dans la zone de saisie ci-dessous.
Nous vous remercions pour votre compréhension, et vous souhaitons de passer de bons moments sur le Forum des Pilotes Privés.

Les Administrateurs

Heures de vol

L'aviation légère et l'aviation en général, pour les pilotes et élèves-pilotes privés, mais aussi tous les amoureux de l'aviation. Les membres inscrits ont aussi accès au "Bar de l'aéroclub".

Re: Heures de vol

Messagede gma le Mardi 29 Décembre 2020 19:40

Philippe Warter a écrit:
Bob a écrit:
Philippe Warter a écrit:avant que la DGAC admette l'autogire comme une classe ulm (1991?).


Au moins +10...


Tout bien réfléchi, je pense que tu as raison.

Mes premières expériences "ulm" datent de 1983. A cette époque je n'avais qu'un TT.
Puis dans les années 1990 on a eu droit au brevet ULM par équivalence, avec uniquement 3 classes : 3-axes bien sûr, pendulaire et parapente.
Donc l'autogire n'en faisait pas encore partie, bien que son pilotage s'apparente davantage à celui d'un avion que d'un pendulaire.

Donc intégration de l'autogire à l'ulm début des années 2000, c'est très possible. Mais je ne me souviens pas de la date exacte.
Il n'y en avait pas énormément à l'époque, j'en ai piloté un de fabrication industrielle pour la première fois en 2010.


Edit : je viens de relire l'arrêté de 1998, il y avait déjà 5 classes (donc autogire et ballon en plus des 3 premières citées).


La classe 4 est apparue en septembre 1998 à la refonte de la réglementation ULM. Mais il était apparenté depuis 1994 (la machine car le droit au pilotage n'était pas encore défini).
Les premières discussions avec DGAC en vue d'une alternative au CNRA qui ne pouvait aboutir c'est 1991.

Avant 1994, il fallait un bout de papier vous autorisant à piloter un autogire, il était délivré par un des 3 testeurs autorisé par la DGAC (Rabouyt, Megret et Ferté). J'ai eu mon papier avec Hubert Ferté.
Il n'y a que l'exception pour faire avancer la science, la découverte se fait au moment où l'observateur remarque une anomalie... (B Vian)
gma
 
Messages: 3520
Inscription: Mercredi 26 Octobre 2016 16:19
Localisation: Nord de France, UK
Aérodrome: LFQQ, LFQT, LFAT, LFQB, EGNR, LGIO, UNBB
Activité/licences: PPL (A), CBIR, VP-RU/ VdN, TW

Re: Heures de vol

Messagede Philippe Warter le Mardi 29 Décembre 2020 21:22

Je me souviens d'H. Ferté à Brienne, lors des rassemblements RSA. J'y allais en Amba à l'époque. On faisait un peu ce qu'on voulait, et il n'y avait jamais de problème. Pourtant certaines années de météo "volable", il y avait plusieurs centaines de machines. Les temps ont bien changé.

Je me doutais bien que l'autogire était devenu une classe ulm avant 2000, c'est très clair dans l'arrêté de 1998.

Maintenant, en 1983, je ne me souviens pas qu'on nous demandait autre chose que le TT. Ou alors on volait en toute illégalité, ce qui est bien possible, tout le monde s'en moquait, tant qu'il n'y avait pas de problème.
Les signatures sur les forums internet sont souvent apocryphes. Jules César.
Avatar de l'utilisateur
Philippe Warter
 
Messages: 14249
Inscription: Vendredi 14 Septembre 2007 21:11
Aérodrome: Meaux/Nangis
Activité/licences: IULM AUTOGIRE PPL

Re: Heures de vol

Messagede gma le Mardi 29 Décembre 2020 23:00

Philippe Warter a écrit:Je me souviens d'H. Ferté à Brienne, lors des rassemblements RSA. J'y allais en Amba à l'époque. On faisait un peu ce qu'on voulait, et il n'y avait jamais de problème. Pourtant certaines années de météo "volable", il y avait plusieurs centaines de machines. Les temps ont bien changé.

Je me doutais bien que l'autogire était devenu une classe ulm avant 2000, c'est très clair dans l'arrêté de 1998.

Maintenant, en 1983, je ne me souviens pas qu'on nous demandait autre chose que le TT. Ou alors on volait en toute illégalité, ce qui est bien possible, tout le monde s'en moquait, tant qu'il n'y avait pas de problème.


Le brevet de pilote d'autogire a disparu en 1975, seul Rabouyt en était encore titulaire en France (ce qui lui permettait de voler avec le J2 sans autre licence). Hubert était pilote hélico et instructeur. En 1983, les gyros restaient Fox Whisky faute de pouvoir boucler le programme CNRA. Les pilotes étaient tous des licenciés TT ou ayant le théorique planeur, mais ils devaient avoir une licence TT valide ou ladite autorisation. Comme il fallait être constructeur de sa machine, qu'elle ne pouvait être que monoplace, avant l'arrivée du rotax sur la machine d'Abescat, certains ont fait des dizaines d'heures de roulage avant le premier "vol".

C'est l'hécatombe de 87 à 89 qui a rebattue les cartes et contraint la DGAC à revoir sa position vis à vis des biplaces, dont accepter un protocole de formation et un autre processus pour la fameuse "autorisation au pilotage".
Il n'y a que l'exception pour faire avancer la science, la découverte se fait au moment où l'observateur remarque une anomalie... (B Vian)
gma
 
Messages: 3520
Inscription: Mercredi 26 Octobre 2016 16:19
Localisation: Nord de France, UK
Aérodrome: LFQQ, LFQT, LFAT, LFQB, EGNR, LGIO, UNBB
Activité/licences: PPL (A), CBIR, VP-RU/ VdN, TW

Re: Heures de vol

Messagede Delépine le Mardi 29 Décembre 2020 23:42

Hubert Ferté, un instructeur comme ils devraient tous être, qui m'a lâché en 1982 pour mon premier vol en ULM, sur un monoplace, sans autre contrôle que celui de ma licence TT. On a été quatre lâchés de la même façon le même matin sous son regard attentif.
C'était un 3 axes à aile basse à moteur deux temps de 32 chevaux propulsif, avec un taux de roulis de 747 qui aurait un aileron coincé, et se traînant piteusement. Descendant d'un Turbulent je me suis demandé si c'était ça le progrès en trente ans depuis Druine. C'est pourquoi je n'ai plus fait d'ULM ensuite avant que l'arrêté de 1998 me permette de construire l'équivalent d'un Turbulent.
Je n'ai encore jamais volé en autogyre mais j'ai fait en passager vingt secondes d'hélicoptère.
La libellule a quatre "l" et quatre ailes... comme la 4L qui a aussi quatre ailes mais un seul L... enfin, gros mot, seau d'eau... euh, grosso modo.
Avatar de l'utilisateur
Delépine
 
Messages: 6976
Inscription: Vendredi 21 Mars 2014 20:17

Précédente

Retourner vers En l'air, autour de ce qui vole

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Delépine, JUAN et 164 invités