Page 14 sur 14

Re: Collision en vol très meurtrière au dessus de Loches

MessagePosté: Samedi 17 Octobre 2020 22:33
de gma
Aviathor a écrit:
Bob a écrit:Pour les prototypes, je ne sais pas, mais j'utilise encore un des premiers flarms commercialisés (version F4) qui a déjà une capsule.


Expliquez-moi deux trucs:
  1. Comment se fait-il que l'altitude d'un GPS SBAS (WAAS/EGNOS) soit suffisamment précise pour faire une approche 3D (LPV, LNAV/VNAV), mais pas suffisamment précise pour un positionnement 3D par FLARM?
  2. Si l'altitude baro est considérée comme suffisamment précise pour la surveillance radar, le TCAS 1/2 et la séparation verticale d'avions y-compris en espace RVSM, comment se fait-il que ce ne soit pas suffisamment bien pour FLARM et qu'il faille avoir recours à l'altitude GPS?

Ce qui est important est d'avoir une référence commune afin de connaitre l'altitude relative entre les avions. A mon sens, une capsule barométrique serait une meilleure référence parce que sa disponibilité est fiable. Si mes souvenirs sont bons, pour avoir une altitude précise il faut au moins 5 satellites Navstar et il faut un signal SBAS. Si on perd le signal SBAS, la précision de l'altitude GPS est médiocre, potentiellement des centaines de pieds.

Déjà qu'il est difficile de trouver un endroit où installer l'antenne GPS SBAS qui permette de recevoir le signal SBAS de manière fiable sur une installation fixe (certifiée), je ne vois pas comment un boîtier FLARM portable, que l'on pose où on peut, puisse avoir une réception SBAS fiable, et donc fournir une altitude GPS de manière fiable.


1) A la création du système, l'augmentation des signaux GPS en basse atmosphère n'était pas "grand public". C'était toutefois suffisant pour l'indication d'un gisement conflictuel dans un planeur en virage (3D).
2) Parce que la technologie employée, la clientèle visée, l'environnement de travail et les fréquences/puissance utilisées ne permettent pas de véhiculer les données converties dans le délai souhaité.

Re: Collision en vol très meurtrière au dessus de Loches

MessagePosté: Lundi 19 Octobre 2020 18:39
de Aviathor
Ca vaut la peine de dépoussiérer cette étude du BEA qui porte sur 17 cas d'abordage en France dans la période 1989-1999. L'étude n'est certes pas toute jeune, mais je pense qu'elle est encore d'actualité aujourd'hui.

Contrairement à certains propos tenus ici, l'âge n'a aucune incidence sur la probabilité d'être impliqué dans un abordage. Les pilotes expérimentés pourraient être sur-représentés dans les abordages. 66% des abordages ont lieu en dessous de 3000'. Le manque d'expérience pourrait être un facteur aggravant, mais les pilotes volant régulièrement ne sont pas protégés.

Cela vaut au passage la peine de rappeler que l'utilisation du transpondeur est obligatoire pour tous les avions qui en sont équipés, du décollage à l'atterrissage. Il me semble avoir vu ici une petite minorité qui semble l'ignorer. L'utilisation du transpondeur permet d'être vu par le SIV, les mettant donc en mesure de fournir une information trafic à ceux avec lesquels il est en contact, mais aussi par le nombre croissant d'avions équipés de systèmes d'information trafic embarqués. L'étude du BEA recommande aussi l'utilisation efficace de la radio comme un facteur limitant les risques d'abordage. Et sur ce point certains organismes de contrôle d'aérodrome devraient montrer l'exemple en arrêtant de faire de longues tirades pour engueuler un pilote, et occuper la fréquence inutilement. Mais cela veut aussi dire qu'il faut encourager toute le monde à être en contact avec une SIV, bien que je sais que cela est contraire à l'esprit de liberté proné par certains.

Re: Collision en vol très meurtrière au dessus de Loches

MessagePosté: Lundi 19 Octobre 2020 18:56
de Matthias
Je l'ai rappelé plus haut, le SIV n'est pas un contrôle...juste une info et le "controleur de SIV" qui ne donne aucune info trafic est dans son rôle...
J'ai eu une altercation (amicale)  un matin dans le SIV Chevreuse lorsqu'un SR22 me doubla par la gauche au dessus de la sortie ouest et s'en plaignit au controleur de SIV qui ne l'avait pas averti que je prenais un cap sud. Le pleurnicheur a été remis à sa place pour sa vitesse excessive, son irrespect des règles de l'air et ... son ton péremptoire dans la description de mon modeste Cessna !
C'était pas toi ? Image

Re: Collision en vol très meurtrière au dessus de Loches

MessagePosté: Lundi 19 Octobre 2020 19:06
de Aviathor
Matthias a écrit:Je l'ai rappelé plus haut, le SIV n'est pas un contrôle...juste une info et le "controleur" qui ne donne aucune info trafic est dans son rôle...
J'ai eu une altercation (amicale)  un matin dans le SIV Chevreuse lorsqu'un SR22 me doubla par la gauche au dessus de la sortie ouest et s'en plaignit au controleur de SIV qui ne l'avait pas averti que je prenais un cap sud. Le pleurnicheur a été remis à sa place pour sa vitesse excessive, son irrespect des règles de l'air et ... son ton péremptoire dans la description de mon modeste Cessna !
C'était pas toi ? Image


Image Ce n'était pas moi.

Le SIV n'est pas une garantie de quoi que ce soit. Ils donnent des informations trafic dans la limite de leur capacité. Et le pauvre SIV de Chevreuse doit être bien débordé. Et en classe C/D, le contrôle ne donne de l'information trafic aux VFR que si leur charge de travail le permet.

Mais c'est mieux que rien. Et mieux que rien réduit la probabilité d'un abordage.