Page 1 sur 2

Mojave

MessagePosté: Lundi 5 Novembre 2018 03:07
de Tontonlyco
Pour stationner votre PA 28 l'hiver sans qu'il ne rouille

Image
Image


Et à Mojave on aime aussi les hélices
Image
Image

Re: Mojave

MessagePosté: Lundi 5 Novembre 2018 05:41
de Gilles131
Hélices quasiment toutes à l’arrêt, comme tu as pu le remarquer.
Pousse un peu jusqu’à California City pour faire un tour de Fouga.

Re: Mojave

MessagePosté: Mardi 6 Novembre 2018 14:08
de hugomoto
Y'a plus de Fouga, remplacé par un Mig !

Re: Mojave

MessagePosté: Mardi 6 Novembre 2018 14:45
de Delépine
Un truc qui déclenche au décollage si on dépasse trois degrés d'incidence, merci bien ! Image

Re: Mojave

MessagePosté: Mardi 6 Novembre 2018 15:48
de Gilles131
Bah... il se pose qu’à 150 kt: c’est jouable.

Re: Mojave

MessagePosté: Mardi 6 Novembre 2018 15:59
de Matthias

Re: Mojave

MessagePosté: Mardi 6 Novembre 2018 17:06
de Delépine
Matthias a écrit:Déjà-vu...
https://www.youtube.com/watch?v=G2eUopy9sd8


J'ai élucidé scientifiquement le phénomène de "déjà vu".

La pupille qui fait environ dix millimètres carrés en moyenne, soit 1 / 100 000e de mètre carré, reçoit quinze heures par jour une puissance lumineuse qu'on peut estimer en moyenne à 100 W/m². Elle reçoit donc sur une vie de 80 ans :

100 x 10^-5 x 3 600 x 15 x 365 x 80 = 1 576 800 joules.

Cette énergie représente selon mc² une masse dérisoire de 0,175 microgramme.

Les photons touchant la rétine y produisent une image qui ne dure pas, suivis d'autres qui produisent une autre image, etc. Cependant les parasites à la radio sont souvent causés par des photon émis il y a 13 milliards d'années au découplage matière/rayonnement. On comprend ainsi que la durée de vie très longue de cette particule fait que tous les photons reçus par une rétine y demeurent fichés. Cela ne doit pas étonner puisque leur masse cumulée tout à fait minime ne représente aucun volume significatif, même chez un centenaire.

Sous l'effet de certaines influences il arrive qu'un sursaut quantique fasse réémettre aux photons fichés dans la rétine un peu d'énergie qui reproduit une image ancienne ; c'est la sensation de déjà vu. On devrait plutôt parler de la sensation de revu.

Si jamais quelqu'un a des relations à Stockholm...?

Re: Mojave

MessagePosté: Mercredi 7 Novembre 2018 20:51
de Tailwheel75
Delépine a écrit:
Matthias a écrit:Déjà-vu...
https://www.youtube.com/watch?v=G2eUopy9sd8


J'ai élucidé scientifiquement le phénomène de "déjà vu".

La pupille qui fait environ dix millimètres carrés en moyenne, soit 1 / 100 000e de mètre carré, reçoit quinze heures par jour une puissance lumineuse qu'on peut estimer en moyenne à 100 W/m². Elle reçoit donc sur une vie de 80 ans :

100 x 10^-5 x 3 600 x 15 x 365 x 80 = 1 576 800 joules.

Cette énergie représente selon mc² une masse dérisoire de 0,175 microgramme.

Les photons touchant la rétine y produisent une image qui ne dure pas, suivis d'autres qui produisent une autre image, etc. Cependant les parasites à la radio sont souvent causés par des photon émis il y a 13 milliards d'années au découplage matière/rayonnement. On comprend ainsi que la durée de vie très longue de cette particule fait que tous les photons reçus par une rétine y demeurent fichés. Cela ne doit pas étonner puisque leur masse cumulée tout à fait minime ne représente aucun volume significatif, même chez un centenaire.

Sous l'effet de certaines influences il arrive qu'un sursaut quantique fasse réémettre aux photons fichés dans la rétine un peu d'énergie qui reproduit une image ancienne ; c'est la sensation de déjà vu. On devrait plutôt parler de la sensation de revu.

Si jamais quelqu'un a des relations à Stockholm...?


Pas à ma connaissance mais pour devenir employé du mois chez Afflelou, mon vote t'est acquis !

Re: Mojave

MessagePosté: Jeudi 8 Novembre 2018 15:59
de Luc Lion
Delépine a écrit:Les photons touchant la rétine y produisent une image qui ne dure pas, suivis d'autres qui produisent une autre image, etc. Cependant les parasites à la radio sont souvent causés par des photon émis il y a 13 milliards d'années au découplage matière/rayonnement. On comprend ainsi que la durée de vie très longue de cette particule fait que tous les photons reçus par une rétine y demeurent fichés. Cela ne doit pas étonner puisque leur masse cumulée tout à fait minime ne représente aucun volume significatif, même chez un centenaire.
...
Si jamais quelqu'un a des relations à Stockholm...?

Tu n'es pas ni le premier ni le dernier à voir des choses bizarres dans le rayonnement cosmologique fossile : https://arxiv.org/pdf/1803.01961.pdf
Et plus c'est bizarre, plus l'envie de se rendre à Stockholm est grande (à l'exception de my voyante attitrée qui ne fait confiance qu'aux paiements en espèces).

Luc

Re: Mojave

MessagePosté: Jeudi 8 Novembre 2018 18:13
de Luc Lion
Pour ceux qui seraient intrigués par la question "Quelles informations peut-on tirer de la polarisation du rayonnement fossile ?", cette question est abordée de façon assez complète et didactique ici:
https://arxiv.org/pdf/astro-ph/9803150.pdf

Et je fournis ci-dessous une petite explication pour ceux que les maths hérissent.

L'étude détaillée du rayonnement fossile a commencé par l'étude de sa température.
Cette température est remarquablement isotrope.
Après avoir retiré le redshift causé par le déplacement de notre galaxie et les bruits causés par les émissions internes à notre galaxie, on trouve des irrégularités de température de l'ordre de 0.0005 °K pour une température moyenne de 2.725 K.
Il a été conjecturé que ces irrégularités proviennent de la dernière interaction que ces photons ont eu avec la matière de l'univers et qu'elles sont donc une image des irrégularités de la température et/ou densité de la matière dans l'univers à l'époque où l'univers est devenu transparent. En réalité, vu que le refroidissement de ce rayonnement provient de l'expansion de l'univers, ces irrégularités proviennent aussi des variations locales dans le taux d'expansion de l'univers (variations dues à l'intensité des champs gravifiques locaux).

Puis les scientifiques ont analysé la polarisation de ces photons fossiles.
Pour des raisons que je n'expliquerai pas, la polarisation circulaire peut être ignorée.
Chaque photon a donc une polarisation linéaire dans une direction aléatoire, et l'intégrale de tous ces vecteurs sur un angle solide donné donne en moyenne un vecteur nul.
Les irrégularités se manifestent ici en ce que la résultante est un vecteur très petit mais non nul.
On peut voir dans les publications scientifiques, des cartes comme celle ci-dessous, où la couleur représente la température, les flèches représente la direction de la polarisation et pour lesquelles le contraste est très augmenté.
Image
Or on peut montrer mathématiquement que un champ vectoriel comme celui-ci peut être décomposé en une somme de deux champs ; le premier étant irrotationnel et le second étant indivergentiel.
Un champ irrotationnel signifie que, si on intègre le champ sur une ligne fermée (intégration du produit scalaire du vecteur local du champ et de la direction de la ligne), on obtient zéro.
Et un champ indivergentiel signifie que l'intégrale de tout le champ entrant et sortant dans un volume fermé vaut zéro (tout ce qui rentre sort) ou encore que toute ligne de champ se referme sur elle-même ou va jusqu'à l'infini.

Présenté comme celà, cela semble un amusement mathématique plus que physique.
Mais on peut montrer que un champ irrotationnel correspond au gradiant d'un champ scalaire, ou mieux encore, que des irrégularités irrotationnelles sont le résultat d'une émission ou d'une interaction proportionnelle au gradiant d'un champ scalaire.
Or la dernière interaction de cette lumière fossile avec de la matière, à l'époque où l'univers est devenu transparent, est une diffusion de la lumière par de la matière ionisée (plasma) et cette diffusion est fonction du gradiant de la densité du plasma (donc un champ scalaire).
Il est donc tentant d'assimiler les irrégularité irrotationnelles avec les irrégularités de densité de matière à l'époque de l'émission. Toutefois, si cette lumière a traversé des nuages de poussières, les variations de densité de la poussière produisent AUSSI des irrégularités irrotationnelles.

Par analogie avec le champ électrique statique qui est irrotationnel, on nomme ces irrégularités irrotationnelles des "irrégularités en E-mode".
L'autre partie du champ des irrégularités est donc indivergentielle et elles sont nommées "irrégularités en B-mode" par analogie avec le champ magnétique statique qui est aussi un champ indivergentiel.

Par ailleurs, le seul mécanisme connu provoquant des irrégularités indivergentielles de la polarisation de la lumière est une augmentation locale de la courbure de l'espace.
En effet, l'effet "lentille gravitationnelle" concentre des rayons parallèles en rayons convergeants, mais il concentre aussi le champ électrique dans une direction normale à la direction du champ gravifique. Donc dans une direction qui décrit le "tour de la lentille". Les irrégularités détectées décrivent donc une ligne fermée, indivergentielle.
Cet effet de concentration peut être statique - une zone de grande densité faisant lentille gravitationnelle, ou peut être dynamique - une bulle d'ondes gravitationelles.

Voilà pourquoi les scientifiques recherchent des irrégularités en "B-mode" dans la polarisation du rayonnement fossile ; ils recherchent des combinaisons irrégularités de température + irrégularités de polarisation en mode-B qui trahiraient des variations importantes de densité à l'époque de l'émission du rayonnement fossile.

Luc

Re: Mojave

MessagePosté: Jeudi 8 Novembre 2018 19:46
de cda
Luc, tu me déçois.

Alors que notre Jacquot semble être en vacances et que JPT commence à hiverner, pour l’instant ils ne polluent pas trop le forumàléon et le laissent lisible, toi, tu te laisses aller à des hors-sujets qui rendent le sujet complètement incohérent.
Dommage, tu as su apporter mieux.

viewtopic.php?f=8&t=4295

Meilleure continuation.

Bon vol.

Re: Mojave

MessagePosté: Jeudi 8 Novembre 2018 20:11
de Tontonlyco
Encore un défenseur de la liberté d'expression..

Re: Mojave

MessagePosté: Jeudi 8 Novembre 2018 20:12
de Tontonlyco
Delépine a écrit:Sous l'effet de certaines influences il arrive qu'un sursaut quantique fasse réémettre aux photons fichés dans la rétine un peu d'énergie qui reproduit une image ancienne ; c'est la sensation de déjà vu.


J'ai toujours dit qu' à Guéret l' alcool de prune était frelaté...

Re: Mojave

MessagePosté: Jeudi 8 Novembre 2018 20:23
de Matthias
La digression avait commencé dès le deuxième message... alors pas de regret, surtout que pour une fois y'a des jolizimages

Re: Mojave

MessagePosté: Vendredi 9 Novembre 2018 12:43
de Max8992
cda a écrit:Luc, tu me déçois....


Moi, Luc tu me ravis Image je n'ai pas compris une seule de tes phrases mais, puisqu'il est question de Stockholm plus haut, je vote pour toi au Nobel de littérature section poésie Image