Bienvenue !

Nous sommes ravis de vous accueillir sur le forum des pilotes privés.
Vous êtes sur un forum de discussions public, permettant aux pilotes privés, mais aussi à tous les passionnés des choses de l'air, d"échanger leurs idées, leurs expériences, leurs questions.
S'il s'agit de votre premier accès à ce site et que vous n'avez pas créé de pseudonyme, votre accès est restreint. Vous devez obligatoirement vous enregistrer avant de pouvoir accéder à la totalité des rubriques, et apporter vos contributions. L'enregistrement ne prend que quelques secondes.
Pour cela, cliquez sur l'option "M'enregistrer " dans le menu à droite ci-dessus. Si vous possédez déjà un identifiant, indiquez-le dans la zone de saisie ci-dessous.
Nous vous remercions pour votre compréhension, et vous souhaitons de passer de bons moments sur le Forum des Pilotes Privés.

Les Administrateurs

Rendez-vous à FINOT

Quand il n'est plus l'heure de voler, le rêve et le plaisir se prolongent dans un bon livre. La littérature aéronautique, abondante, mérite qu'on s'y attarde. Partagez vos découvertes !

Rendez-vous à FINOT

Messagede Jan Tutaj le Mercredi 30 Janvier 2019 17:55

Rendez-vous à FINOT

Il est 6 h du matin, nous sommes au mois de juin. Le ciel est radieux déjà, une longue et belle journée se prépare.

Mais pour mes stagiaires et moi-même, c’est la nuit, et du mauvais temps qui s’annonce, à l’entrée de notre simulateur, pour une séance de 4 heures.

Mes gars s’installent à bord, après un briefing d’une heure et demie, qui définit la session et la météo qui va avec.
Par exemple, on peut difficilement étudier le givrage et toutes les manœuvres à exécuter pour s’en préserver si le ciel est bleu et sans nuages.

Nous sommes au seuil de piste de la 32R à Toulouse(LFBO) quand mon équipage avance les manettes de puissance dans le cran décollage.
L’ATR n’est pas un foudre de guerre et l’on est rarement collé au siège.
-     V1, Vr
L’annonce du pilote assis à droite donne le top pour le décollage. L’avion s’élève lentement, la masse a été réglée à 22,5 tonnes, pas loin de la masse maximale. Les actions vitales s’effectuent au fil des vitesses annoncées. L’altitude augmente lentement.

La T° passe sous les 7°, nous sommes dans les nuages, l’équipage met le système anti-givrage en fonction.
L’avion suit la trajectoire du départ standard (SID) AFRIC 5 B.

Le prochain point est FINOT. Un point mythique ! Situé au milieu du triangle Gaillac-Albi-Graulhet, à proximité de l’aérodrome de Graulhet (LFCQ).

A quelques nautiques de ce point, l’avion est stabilisé au FL 70. Nous devons effectuer quelques exercices et vivre quelques pannes, que l’équipage devra gérer à l’aide de ses connaissances et du fameux QRH (Quick Reference Handbook).

Pendant qu’ils laissent l’avion accélérer, je remarque sur mon pupitre tactile, un petit pavé vert dont j’ignorais l’existence. Comment se fait-il que je ne l’aie jamais vu avant ?
Il est écrit sur ce pavé : DEVIRT.
Curieux, j’appuie dessus.

Immédiatement de fortes vibrations se font sentir. Pas comme les turbulences que je peux initier depuis mon pupitre, non, de vraies vibrations mécaniques qui secouent la cabine et les vérins qui l’activent.

Les grandes plaques de tôle ondulée qui forment les murs et cloisons du hangar à simu se brisent et s’arrachent, partant dans le vent comme les feuilles et les plumes des dessins de FOLON.

Et nous, libérés de nos entraves, nous volons à présent « pour de vrai », au milieu du ciel pur, débarrassé de ses miasmes.

Mes deux Iraniens, reconnaissent le ciel et les environs, où je les ai emmenés dimanche dernier, voler en biplan la tête à l’air, loin des dogmes mortifères, après un repas soigné et arrosé au Gaillac.

Ils se tournent vers moi, hilares !
Pas plus que moi, ils ne comprennent ce qui nous arrive. Mais comme moi, ils sont heureux d’en profiter. L’air est très porteur, à l’Est le soleil est en ascension, la lumière est réellement différente de celle que l’on a quand je règle la météo sur CAVOK.

Nous sommes dans le vrai ciel.

Je suis aux commandes de mon pupitre, mes stagiaires ont déconnecté le pilote automatique.
Je me lève, j’ouvre la porte du fond du simu, celle qui donne sur le pont-levis qui nous relie au bâtiment. Plus rien, que le ciel et le vide. Je referme vite. J’ai toujours eu le vertige . . .
Ils discutent en farsi et tout en baissant le nez de l’avion ils réduisent le torque vers 50%. La ville de Graulhet est là, à notre droite et juste après, l’aérodrome est visible avec ses trois pistes parallèles.

Ils ajustent le torque à 80%, la vitesse indiquée est à 250 kt, et à 500 ft/sol, ils nous font un splendide passage à l’anglaise.
Les copains de l’aéroclub et du vol à voile sont en train de sortir les machines pour une journée qui promet d’être « atomique ».
Ils nous font de grands signes amicaux, ils savent bien que je dois être dans le coup, mais voir passer un simu « à l’anglaise » et à fond les ballons, çà ne leur est pas coutumier.

Mais d’ailleurs, voient-ils passer un simu(une boite à apprendre), ou bien un avion ?

Une des portes des armoires techniques de la cabine  s’entrouvre et je comprends tout de suite ce qu’il se passe : un de mes copains lutins, le fameux Arsène, un de ceux qui m’aidaient jadis à torcher des CAT III d’anthologie, est en train de courir après une déesse de l’altimétrie. (Voir « contes à tire d’ailes »)
-     Ca va Janou ?
-     Ca va Arsène. T’es encore monté en grade ?
-     Yep !
-     Et ton grand-maitre,  Noel Nibor, que devient-il ?
-     La retraite hélas. Il s’occupe à présent d’un forum de pilotes privés. Je ne te raconte pas la galère, certains jours . . .
-     Allez, file sinon tu vas la louper, ta fée de l’altimétrie !
-     Bah, t’inquiète pas, mon carnet de bal est plein.
Et la porte de se refermer sur le sourire malin de mon ami Arsène Lutin.

Pendant ce temps là, mes gars enchainent voltes et orbes autour du terrain, comme je l’avais déjà fait il y a plus de 20 ans, en présentant un ATR lors d’un meeting de province. Les cuistres disent « en région » ou encore plus sot « les territoires ».

Cap à l’Est, on s’enquille ensuite un TTBH (très très basse hauteur) sur le lac de la Bancalié, puis toujours à l’Est cap vers la plaine de Saint-Affrique.
Tout le plateau est jaune, la sécheresse est implacable, au loin un peu à notre gauche, les 7 piliers du viaduc de Millau nous font de l’œil.
On y est en quelques minutes, un joli passage au-dessus pour saluer les spectateurs. Au dessus et pas en dessous, car ce sont aussi les sept piliers de la sagesse.
Nous décidons d’un retour à la base.

Cap vers TOE en montée à vue vers 4000 ft, contact avec l’approche qui ne comprend pas très bien qui nous sommes, ce que nous faisons là, sans plan de vol ni indicatif.

Je baragouine une explication tordue et nous voilà autorisés vers la finale 32R.

-     Radar vecteur 265° vous êtes autorisé pour l’ILS 32 droite.
-     Reçu
-     Passez sur la TWR 118.1
La TWR nous accueille et nous autorise à l’atterrissage.
-     Vous passerez nous voir au bureau de piste, votre vol n’est pas très clair, je vous envoie la BGTA au pied de l’avion.

Je me gratte la tête ; comment faire une fois posé avec cette machine mi-simu mi-avion, je ne comprends pas grand-chose à toute cette aventure, j’ai surtout eu envie d’en profiter, pas de raisonner. Comme souvent, je l’avoue.
Une porte s’entrouvre et mon Arsène, passe la tête.
-     Un coup de main, Janou ?
-     Pas de refus, je suis un peu coincé.
-     M’en occupe, pas d’affolo !

Du parking aviation générale vers les installations d’ATC (l’école d’ATR), une grande avenue s’ouvre devant nous et nous roulons fièrement entre les autos qui freinent pour nous laisser passer.
Un demi-tour au frein à main, et nous revoilà installés sur les vérins.

Je baisse le pont-levis et nous sortons de la cabine. Le hangar est intact.
Je hèle notre responsable des simus :
-     Dis-donc c’est quoi ce bouton DEVIRT sur le panneau instructeur ?
-     DEVIRTualisation ; un vague projet que quelqu’un a initié. Mais ça va disparaître, ça ne sert à rien. D’ailleurs rien n’est connecté, c’est une touche inactive.
Mes lutins veillent sur moi, mais me mettent parfois dans des situations abracadabrantes, ils croient me faire plaisir en flattant mon coté farfelu et espiègle.

Le lendemain, je reçois un SMS.
-     On était au moins 800 pour la manœuvre d’hier. Ca t’a plu ?
-     Quand deviendras-tu adulte, amigo.
-     A la prochaine.
-     Euh, te presse pas, Arsène, et salue Noel Nibor pour moi.

Pas facile tous les jours d’être instructeur, mais parfois qu’est-ce qu’on rigole !

Image
Avatar de l'utilisateur
Jan Tutaj
 
Messages: 1330
Inscription: Lundi 7 Juillet 2014 15:30
Localisation: Graulhet ville
Aérodrome: Graulhet LFCQ
Activité/licences: pilote privé

Re: Rendez-vous à FINOT

Messagede Tailwheel75 le Mercredi 30 Janvier 2019 18:09

Génial, comme toujours !

Merci Jan
Flying, for lack of a better word, is good. Flying is right. Flying works. " Flying GEKKO"
Avatar de l'utilisateur
Tailwheel75
 
Messages: 445
Inscription: Mercredi 10 Décembre 2008 00:52
Localisation: Lutece
Aérodrome: Pas loin de Sierra mais pas très Nevada
Activité/licences: Pilotaillon - touilleur de manche - 1er échelon

Re: Rendez-vous à FINOT

Messagede Bob le Mercredi 30 Janvier 2019 18:14

Je croyais que FINOT était à côté de PORTO... Image
Avatar de l'utilisateur
Bob
 
Messages: 11332
Inscription: Vendredi 14 Septembre 2007 20:05

Re: Rendez-vous à FINOT

Messagede Tailwheel75 le Mercredi 30 Janvier 2019 18:55

Bob a écrit:Je croyais que FINOT était à côté de PORTO... Image




Non, il s'agit bien evidemment de CRUZ !
Flying, for lack of a better word, is good. Flying is right. Flying works. " Flying GEKKO"
Avatar de l'utilisateur
Tailwheel75
 
Messages: 445
Inscription: Mercredi 10 Décembre 2008 00:52
Localisation: Lutece
Aérodrome: Pas loin de Sierra mais pas très Nevada
Activité/licences: Pilotaillon - touilleur de manche - 1er échelon

Re: Rendez-vous à FINOT

Messagede PhM le Mercredi 30 Janvier 2019 18:56

Ce récit en forme de témoignage est typique d'une hallucination psychiatrique : croyez-moi, ce Jan ne sera jamais pilote !
PhM
Avatar de l'utilisateur
PhM
 
Messages: 1519
Inscription: Vendredi 14 Septembre 2007 20:18
Localisation: Bécon Les "Tuyères"
Aérodrome: Toussus "l'Ignoble"
Activité/licences: ex TT, PPL, IR outre-Atlantique

Re: Rendez-vous à FINOT

Messagede Max8992 le Mercredi 30 Janvier 2019 19:27

PhM a écrit:Ce récit en forme de témoignage est typique d'une hallucination psychiatrique : croyez-moi, ce Jan ne sera jamais pilote !


Faudrait que docteur Jacques nous donne son diagnostic Image Je pencherai plutôt pour une interférence entre deux espace-temps  Image
Max8992
 
Messages: 2149
Inscription: Mercredi 6 Avril 2011 18:41
Aérodrome: LFLA
Activité/licences: PPL SEP, ULM

Re: Rendez-vous à FINOT

Messagede EchoVictor le Mercredi 30 Janvier 2019 20:08

Ou peut-être un abus de petites pilules, pas les bleues, les autres (parce que c'est pas une fumette qui fait cet effet )!

Eric
Je suis fascine par l'air. Si on enlevait l'air du ciel, tous les oiseaux tomberaient par terre....Et les avions aussi.... (JCvD)
Avatar de l'utilisateur
EchoVictor
 
Messages: 6469
Inscription: Lundi 21 Janvier 2008 15:44
Localisation: Tours
Aérodrome: Le Louroux, Châtellerault
Activité/licences: VV, PPL, ULM, Voltige, Remorquage

Re: Rendez-vous à FINOT

Messagede Delépine le Mercredi 30 Janvier 2019 20:28

Chic, encore un récit tutajlien...

Ah, les "vrais" simulateurs ! Je les ai fréquentés deux fois.
Une fois au salon du Bourget ce n'était qu'un simulateur de poste de tir, depuis un hélicoptère, d'un engin anti-char. J'ai détruit le T-72 au second essai. J'ai demandé à l'instructeur si c'était aussi difficile que dans le monde réel ; je n'ai pas été peu fier de m'entendre répondre que c'était le simulateur qui était un peu plus difficile. En gros, il s'agissait avec un minimanche de maintenir un point au centre d'une sorte d'horizon artificiel.

L'autre fois en 1972 à la base d'Avord c'était un Link. Nous étions une dizaine d'invités tous pilotes. Aussi nous a-t-on offert un essai de la machine. Il s'agissait d'un simulateur d'avion indéterminé, un bimoteur poussif qui pleins gaz n'atteignait pas deux cents noeuds. J'ai donc piqué à mort et vu avec satisfaction le badin monter à près de quatre cents. Le moniteur intrigué de voir sur sa table traçante son petit avion progresser avec une célérité inédite jette un oeil sur mon tableau de bord pour s'écrier "pas si vite !" avec un regard et une intonation aussi effrayés que s'il s'était trouvé à bord d'un avion réel.
L'un des intervenants de ce forum comptait parmi les invités, mais par malchance il avait piscine ce jour-là.
Avatar de l'utilisateur
Delépine
 
Messages: 5112
Inscription: Vendredi 21 Mars 2014 20:17

Re: Rendez-vous à FINOT

Messagede Jacques HM Cohen le Mercredi 30 Janvier 2019 20:48

Max 8992
Le terme employé est le bon: Hallucination ! Il n'y a pas de différences fondamentales entre celles créées par une maladie mentale, beaucoup plus rarement une maladie neurologique, des médicaments ou des drogues, et les hallucinations créées par le désir. Tu peux finir par vivre ce que tu désires intensément. Évidemment ( et heureusement ? ) tout le monde n'y arrive pas...
J.
Jacques HM Cohen
LFFH
Avatar de l'utilisateur
Jacques HM Cohen
 
Messages: 4254
Inscription: Lundi 17 Septembre 2007 03:16
Aérodrome: LFFH
Activité/licences: PPL / ULM

Re: Rendez-vous à FINOT

Messagede Delépine le Mercredi 30 Janvier 2019 20:52

Jan Tutaj a écrit:Pendant ce temps là, mes gars enchainent voltes et orbes autour du terrain, comme je l’avais déjà fait il y a plus de 20 ans, en présentant un ATR lors d’un meeting de province. Les cuistres disent « en région » ou encore plus sot « les territoires ».


Image
Il y a quelques jours j'ai envoyé un courriel à France-Inter exactement pour leur dire ça. Macron circulant partout en France la radio ne cessait ne nous parler des "territoires".
Comme il y eut, leur disais-je les infirmes devenus handicapés puis personnes en situation de handicap (personnellement j'ai une oreille sourde, pas en situation d'inentendance), il y a maintenant la province que j'habite devenue "les régions" puis "en région". Les paysans autour de chez moi dans ma cambrousse se disent "paysans" eux-mêmes.
Eh bien ils m'ont répondu en me donnant un lien vers une spécialiste qui traite fort sérieusement cette question :

http://mediateur.radiofrance.fr/videos/ ... -province/
Image
Avatar de l'utilisateur
Delépine
 
Messages: 5112
Inscription: Vendredi 21 Mars 2014 20:17


Retourner vers Bonnes lectures

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités