Bienvenue !

Nous sommes ravis de vous accueillir sur le forum des pilotes privés.
Vous êtes sur un forum de discussions public, permettant aux pilotes privés, mais aussi à tous les passionnés des choses de l'air, d"échanger leurs idées, leurs expériences, leurs questions.
S'il s'agit de votre premier accès à ce site et que vous n'avez pas créé de pseudonyme, votre accès est restreint. Vous devez obligatoirement vous enregistrer avant de pouvoir accéder à la totalité des rubriques, et apporter vos contributions. L'enregistrement ne prend que quelques secondes.
Pour cela, cliquez sur l'option "M'enregistrer " dans le menu à droite ci-dessus. Si vous possédez déjà un identifiant, indiquez-le dans la zone de saisie ci-dessous.
Nous vous remercions pour votre compréhension, et vous souhaitons de passer de bons moments sur le Forum des Pilotes Privés.

Les Administrateurs

Piloter à l'ancienne

Quand il n'est plus l'heure de voler, le rêve et le plaisir se prolongent dans un bon livre. La littérature aéronautique, abondante, mérite qu'on s'y attarde. Partagez vos découvertes !

Re: Piloter à l'ancienne

Messagede dob le Dimanche 30 Octobre 2016 12:33

Je m'en voudrais de ne pas contribuer
En tant que jeune récent pilote, je suis curieux de connaître la liste des préjugés qui faisaient voler les avions jadis (et encore aujourd'hui, dans certaines réserves d'indiens, comme par exemple ... Oh et puis non je vais encore fâcher quelqu'un ) Image Image
Avatar de l'utilisateur
dob
 
Messages: 5131
Inscription: Vendredi 14 Septembre 2007 22:44
Aérodrome: Saint Cyr, Toussus
Activité/licences: PPL, ULM xyz

Re: Piloter à l'ancienne

Messagede parenas le Dimanche 30 Octobre 2016 12:41

Bon, pour clore le bec aux malfaisants, Bob, il pilotait comment lui à votre avis ? Image
Regardez la vidéo ou il remue un hunt comme aucun pilote ne la fait chez nous à par un.
Sois modéré en tout, même en modération !
St Ex
Avatar de l'utilisateur
parenas
 
Messages: 2695
Inscription: Mardi 30 Juin 2009 14:22

Re: Piloter à l'ancienne

Messagede Julien78510 le Dimanche 30 Octobre 2016 13:19

Bee Gee a écrit:Fort heureusement les pilotes à la moderne sont bien meilleurs que les pilotes à l'ancienne. Déjà ils sont moins cons, ils mettent la roulette au bon endroit.


Et lui?

Image
Julien78510
 
Messages: 299
Inscription: Dimanche 24 Octobre 2010 21:56
Aérodrome: LFPX (Chavenay)
Activité/licences: PPL, voltige

Re: Piloter à l'ancienne

Messagede Gilles131 le Dimanche 30 Octobre 2016 13:26

parenas a écrit:Bon, pour clore le bec aux malfaisants, Bob, il pilotait comment lui à votre avis ?

Commentaire d'un journaliste aéronautique qui l'a bien connu, sur un autre forum:
"C'est lui qui m'a fait comprendre que ben piloter, c'est faire en sorte que l'avion ne sente rien, même pas qu'il fait des barriques. Quiconque fait payer le prix de l'inconfort à l'avion (et à ce qu'il contient) n'est qu'un abscons bousilleur.
Monsieur Hoover... "

Amicalement transmis à certains bûcherons sous amphétamines que l'on peut croiser çà et là sur les terrains...
Avatar de l'utilisateur
Gilles131
 
Messages: 5283
Inscription: Lundi 18 Novembre 2013 19:53
Activité/licences: Pilote de Bücker… et autres

Re: Piloter à l'ancienne

Messagede Henri Payre le Dimanche 30 Octobre 2016 14:05

Un tel titre de couverture, avec la photo d'un ULM... Si c'est pas malheureux !

A mon avis, c'est un fake, paraîtra jamais.

Henri
Henri Payre
 
Messages: 153
Inscription: Jeudi 29 Mai 2014 21:06

Re: Piloter à l'ancienne

Messagede Bee Gee le Dimanche 30 Octobre 2016 16:38

Parmi les étrangetés de ce monde fort heureusement révolu, il y avait celui de donner 2 noms au même phénomène aérodynamique, la glissade et le dérapage

Et puis la terminologie fantaisiste où la pente ne désignait aucunement une pente mais l' assiette longitudinale référencée à la verticale du lieu, vachement pratique mec.... et on ne va pas parler de la cadence et les exercices délirants de variation de pente et de cadence à inclinaison non nulle,..... que des conneries issues des préjugés d'avant guerre.

J'ai été dressé à cette méthode, fort heureusement quelques éclairés ont mis un peu d'ordre dans tout ça, mais non sans mal dans le microcosme "Sfactien" dans les années 80, il n'ont eu du reste pas grand chose à inventer il suffisait de reprendre point à point ce qu'enseignaient les peaux rouge depuis fort longtemps.

..
Dernière édition par Bee Gee le Dimanche 30 Octobre 2016 16:48, édité 1 fois.
Avatar de l'utilisateur
Bee Gee
 
Messages: 2893
Inscription: Mercredi 17 Septembre 2008 08:24

Re: Piloter à l'ancienne

Messagede Bob le Dimanche 30 Octobre 2016 16:41

Henri Payre a écrit:Un tel titre de couverture, avec la photo d'un ULM... Si c'est pas malheureux !

A mon avis, c'est un fake, paraîtra jamais.

Henri


Mais non, c'est un Stampe ! Image Image Image
Avatar de l'utilisateur
Bob
 
Messages: 11347
Inscription: Vendredi 14 Septembre 2007 20:05

Re: Piloter à l'ancienne

Messagede Bee Gee le Dimanche 30 Octobre 2016 16:47

Gilles131 a écrit:
parenas a écrit:Bon, pour clore le bec aux malfaisants, Bob, il pilotait comment lui à votre avis ?

Commentaire d'un journaliste aéronautique qui l'a bien connu, sur un autre forum:
"C'est lui qui m'a fait comprendre que ben piloter, c'est faire en sorte que l'avion ne sente rien, même pas qu'il fait des barriques. Quiconque fait payer le prix de l'inconfort à l'avion (et à ce qu'il contient) n'est qu'un abscons bousilleur.
Monsieur Hoover... "

Amicalement transmis à certains bûcherons sous amphétamines que l'on peut croiser çà et là sur les terrains...


Bob Hoover pilotait d'une manière bien au delà du moderne: la gestion de l'énergie, comme tout bon pilote il savait que tout coup de manche ou de palonnier inutile dégrade l'énergie et qu'il faut être économe. Un gars qui pilotait avant tout avec sa tête. Comme c'est sous entendu dans le msg de Gilles, on peut faire une barrique en IMC sans même que les passagers ne s'en rendent compte.
Avatar de l'utilisateur
Bee Gee
 
Messages: 2893
Inscription: Mercredi 17 Septembre 2008 08:24

Re: Piloter à l'ancienne

Messagede andre44 le Dimanche 30 Octobre 2016 17:29

Bonjour

Déja mis sur ce forum mais je ne trouve pas ?
dans ce cas c'est son pere qui lui appris mais j'en ai connu un il a appris tout seul sur un avion Champion de 1946
et ce n'est pas si vieux c'etait dans les année 60

Aussi il faut se demander si c'etait aussi mauvais que cela piloter un ancien avion, avec cette methode ..
Comme ma déja dit un jeune pilote , ces vieux avions Piper J 3, Champion , Luscombe , Cessna 140 cela prend des vieux pilotes pour nous montrer comment les opérer , rien que les brasser par l'hélice en hiver ..

On ose pas dire piloter, a l'ancienne mais voler cela englobe les endroits ou atterrissent ces avions ..

Voler à l’ancienne

par Garth Wallace
Tôt un samedi matin, je sirotais mon café en regardant par la fenêtre tout en attendant mon premier élève de la journée
lorsque j’ai vu un Aeronca Champion sur skis, dans une étonnante manoeuvre de glissade, sortir de nulle part et se poser sur
l’entrepiste recouverte de neige.
Le Champ, peint aux couleurs originales d’Aeronca, crème avec une grosse larme rouge dans le bas du fuselage, s’est
avancé sur le gazon inégal recouvert de neige vers l’école de pilotage. Il s’est arrêté tout juste avant d’arriver à
l’amoncellement de neige au bord de l’aire de trafic, où le
pilote a coupé le moteur. L’arrivée d’un avion à skis est un événement inhabituel
à cet aéroport non contrôlé moyennement achalandé. Je regardais toujours le Champ lorsque la porte s’est
ouverte en allant frapper le hauban de l’aile. Un pilote court et trapu est descendu. Il portait une combinaison de motoneige
noire, de grosses bottes à lacets, un de ces chapeaux d’hiver avec rabats pour les oreilles et de gros gants à manchettes en
cuir. Il tenait dans ses mains deux
petits morceaux de bois. Il s’est penché sous le hauban de l’aile droite, a soulevé l’avion avec son épaule et a placé un des
morceaux de bois sous le ski droit. Après s’être rendu
du côté gauche pour répéter la manoeuvre, il a franchi le petit banc de neige, a traversé l’aire de trafic en se dandinant puis
est entré dans le bureau. Je lui ai souri et l’ai salué de la tête.
« Assez frisquet aujourd’hui, hein? », m’a-t-il dit avec un grand sourire amical. Son visage était tanné par le soleil et couvert
de barbe. Comme il parlait, le téléphone a sonné.
« Oui, assez », lui ai-je répondu en me rendant jusqu’au comptoir. « Bonjour, école de pilotage. »
C’était le spécialiste local de l’information de vol. « Je voudrais parler au pilote du vieux coucou qui vient de se poser sur
l’entrepiste », m’a-t-il dit. L’homme en question frappait ses pieds sur le tapis d’entrée en enlevant ses gants et son chapeau.
« C’est la station d’information de vol pour vous », lui ai-je dit en lui tendant l’appareil.
« J’connais personne à la station d’information d’vol », m’a-t-il répondu avec circonspection.
« Peut-être ont-ils des questions à vous poser à propos de votre arrivée », lui ai-je suggéré.
Notre visiteur n’était pas le premier pilote plus âgé à interpréter à sa façon les exigences relatives à l’utilisation de la
fréquence obligatoire assignée à l’aéroport. Il s’est rendu jusqu’au comptoir en détachant sa combinaison, qui avait vu plus
d’un hiver, et a pris le combiné.
« Allo? » Je ne pouvais entendre que les paroles du pilote, mais la conversation semblait intéressante.
« Ben sûr qu’j’ai atterri sans appeler, j’ai pas d’radio », a dit le pilote.
Il a écouté patiemment pendant une minute.
« Et ben, c’tait pas comme ça la dernière fois que j’suis v’nu.»
« Huit ans? C’est ben c’que j’pensais, c’est nouveau. » Il a écouté encore pendant quelques instants.
« Ben voyons donc, pourquoi faire que j’mettrais une radio dans un avion qu’y a pas l’électricité? Ça pas d’bon sens. »
« Okay, comme vous voulez. » Puis il a raccroché. Il a haussé les sourcils et m’a regardé. « Y’avait l’air
énervé. »
« Avez-vous parlé avec quelqu’un en route? », lui ai-je demandé.
Il m’a jeté un regard interrogateur. « J’me s’rais parlé à moi-même étant donné que j’suis tout seul. »
Mon élève est arrivé et j’ai dû mettre fin à notre conversation. J’ai mentalement baptisé notre visiteur
Grizzly Adams et je suis allé travailler. Pendant que j’effectuais l’exposé avant le vol avec mon élève, j’ai
remarqué que Grizzly s’était pris un café dans la distributrice et qu’il se promenait dans la salle en
s’arrêtant de temps en temps pour lire les messages sur le babillard et regarder les photos.
Nous allions partir lorsque notre visiteur nous a salués amicalement et est sorti. Mon élève et moi l’avons suivi pour nous
rendre à notre appareil. Pendant que mon élève effectuait une inspection avant vol, j’ai continué à observer Grizzly. Il a
retiré les morceaux de bois placés sous les skis du Champ, il s’est ensuite penché dans le poste de pilotage pour régler les
commandes, puis s’est posté derrière l’hélice
pour la faire tourner afin de démarrer le moteur. Après seulement deux essais, le moteur tournait au ralenti. Il s’est alors
rendu derrière l’empennage, l’a soulevé et a tourné l’avion nez au vent. J’ai regardé vers le ciel. Il n’y avait aucun appareil
en vue. Grizzly est monté dans l’avion,
a fermé la porte et a mis les gaz. En moins de deux, le Champ avait décollé.
Le samedi matin suivant, je regardais par la fenêtre du bureau, ma tasse de café en main, en espérant voir arriver Grizzly. Il
ne m’a pas fait faux bond. Le petit Champ est arrivé en passant au-dessus de la rangée de hangars et en décrivant une courbe
vers l’entrepiste. Il était presque à la verticale et tombait comme une roche. À la dernière minute, le pilote l’a redressé et mis
en cabré. L’appareil
a effectué un atterrissage trois points sur la neige, puis a roulé vers moi et s’est arrêté près de l’aire de trafic. Le téléphone
s’est mis à sonner avant même que Grizzly ait franchi le seuil de la porte. Le même spécialiste local de l’information de vol
était au bout du fil, et il ne semblait pas très content.
« Bonjour », ai-je dit au visiteur. « Le spécialiste local de l’information de vol veut vous parler. »
« Pas mal frisquet aujourd’hui, hein? », m’a-t-il dit en se frappant les pieds.
« Oui, pas mal », lui ai-je répondu.
Il a pris le récepteur. « Allo? » « J’ai pas appelé parce que j’ai pas d’radio. J’vous l’ai dit la
s’maine passée. » « Ben sûr que j’l’ai parti à’main. Y a pas l’électricité. Pas
d’électricité, pas d’démarreur. »
Grizzly fronçait les sourcils et dansait d’un pied sur l’autre en parlant.
« Comment voulez-vous que j’le parte avec quelqu’un en d’dans quand j’suis dehors à faire tourner l’hélice? » « C’est
comme tu veux mon homme. »
Il a raccroché et s’est gratté la tête. « C’gars-là est bizarre », m’a-t-il dit.
Je disposais de quelques minutes avant l’arrivée de mon premier élève, et j’ai donc pris mon café en compagnie de Grizzly.
J’ai découvert qu’il venait « d’la campagne pas loin » et qu’il avait passé pas loin de 10 ans à reconstruire le Champ qu’il
avait endommagé en faisant un tonneau dans la neige molle.
« Tant qu’à y être, j’ai aussi r’monté l’moteur. »
J’ai essayé de lui faire comprendre gentiment que la station d’information de vol aidait à espacer le trafic aérien et que
c’était pour cette raison qu’il fallait que les pilotes communiquent avec elle avant de voler dans le secteur. Grizzly s’est
penché pour regarder par la fenêtre. Puisqu’il était tôt samedi matin, il n’y avait aucun appareil en vue. « Ils ont du pain sur
la planche », a-t-il dit en riant.
Je n’ai pu m’empêcher de penser que ce pilote un peu rude vivait à une autre époque. Les règlements aériens qu’il
enfreignait visaient à assurer la circulation ordonnée de tous les avions, rapides ou lents, pilotés en vol à vue ou aux
instruments. Le fait qu’il démarre seul son avion de façon manuelle contrevenait à une règle de sécurité bien connue.
Grizzly croyait que monter dans un vieil avion lent pour
aller prendre un café dans un aéroport des environs par un samedi matin constituait le summum du vol d’agrément.
De l’aire de trafic, le Champ paraissait en bon état, et Grizzly ne semblait avoir aucune difficulté à le piloter. Avec un peu
de formation et un léger investissement, il pourrait, s’il le voulait, s’intégrer à notre ère moderne, et plus sécuritaire, de
l’aviation de loisirs. Mon élève est arrivé et Grizzly est parti avant que j’ai pu lui en faire la suggestion. Je l’ai regardé
démarrer le moteur à la main, tourner l’avion, monter à bord et décoller. Le téléphone a sonné. J’ai laissé quelqu’un d’autre
répondre.
Le samedi suivant, il était de retour. Cette fois-ci, lorsque l’avion s’est immobilisé de l’autre côté du banc de neige, Grizzly
a laissé le moteur tourner. Il a placé les morceaux de bois sous les skis et s’est dirigé vers le bureau. Le téléphone s’est mis à
sonner avant même qu’il ait traversé la moitié de l’aire de trafic.
« Bonjour, l’appel est encore pour vous », lui ai-je dit au moment où il franchissait la porte.
« Assez frisquet aujourd’hui, hein? »
« À qui le dites-vous », lui ai-je répondu.
Il a pris l’appareil. « Allo? »
« Ben sûr que j’l’ai laissé tourner. La s’maine passée, vous
m’avez engueulé pour l’avoir démarré à’main. »
« Mon numéro de licence de pilote? J’ai pas d’licence de pilote. C’est mon père qui m’a montré à voler et y’avait pas
d’licence, lui non plus. »
« Le numéro d’immatriculation d’l’avion? J’en sais rien, mais y’est comme neuf depuis l’accident. »
« Comme vous voulez. »
Il a raccroché et a froncé les sourcils. « Y veut voir des papiers, mais j’ai pas d’papiers. »
Il s’est gratté la tête pendant un moment puis a dit : « J’pense que j’va prendre mon café pour emporter. »
C’est ce qu’il a fait. Au moment où il tournait l’avion par l’empennage, le
téléphone a sonné.
« Bonjour, école de pilotage. »
« Non, il n’y a aucun numéro d’immatriculation sur l’avion », ai-je répondu. C’était la vérité.
Le petit avion accélérait sur l’entrepiste.
« Son nom? Je crois qu’il a dit que c’était Grizzly Adams. »
Le samedi suivant, Grizzly a probablement décidé d’aller prendre son café ailleurs.
Avatar de l'utilisateur
andre44
Expert hélices
 
Messages: 9138
Inscription: Samedi 15 Septembre 2007 00:39
Aérodrome: SY3 Sorel

Re: Piloter à l'ancienne

Messagede EchoVictor le Dimanche 30 Octobre 2016 19:06

Je l'avait déjà lue lors de ton post précédent, mais c'est toujours un régal.

Eric
Je suis fascine par l'air. Si on enlevait l'air du ciel, tous les oiseaux tomberaient par terre....Et les avions aussi.... (JCvD)
Avatar de l'utilisateur
EchoVictor
 
Messages: 6499
Inscription: Lundi 21 Janvier 2008 15:44
Localisation: Tours
Aérodrome: Le Louroux, Châtellerault
Activité/licences: VV, PPL, ULM, Voltige, Remorquage

Re: Piloter à l'ancienne

Messagede Gilles131 le Dimanche 30 Octobre 2016 19:31

Bee Gee a écrit:Parmi les étrangetés de ce monde  fort heureusement révolu, il y avait celui de donner 2 noms au même phénomène aérodynamique, la glissade et le dérapage

C'était juste une revanche des aérodynamicien. Pour eux, c'est du dérapage, positif ou négatif.
Du point de vue de la mécanique du vol et donc du pilote, les conséquences des deux manoeuvres sont radicalement différentes et il est fort regrettable qu'elles soient aujourd'hui confondues (et oubliées): en vol, on n'est pas en soufflerie.
Comme quoi les concepteurs des méthodes "modernes" n'ont pas toujours, eux non plus, été bien inspirés.
Avatar de l'utilisateur
Gilles131
 
Messages: 5283
Inscription: Lundi 18 Novembre 2013 19:53
Activité/licences: Pilote de Bücker… et autres

Re: Piloter à l'ancienne

Messagede Haflinger le Dimanche 30 Octobre 2016 19:57

c'est un fake, on ne le voit pas se crasher
ha les meetings aeriens d'antan ou on allait pour voir tomber les avion, c'etait mieux avant
"dynamique" et "hero", ................. herodynamique !!!

Mauser Fokker
Avatar de l'utilisateur
Haflinger
 
Messages: 7156
Inscription: Mercredi 20 Avril 2011 13:42
Activité/licences: UV light

Re: Piloter à l'ancienne

Messagede Peter le Dimanche 30 Octobre 2016 21:38

Connard !!!!

http://www.liberation.fr/planete/1997/0 ... rts_209977

J'y été, c'était a quelques mètres de nous....



Ostende, envoyé spécial.
Ils étaient venus à plus de 10 000 samedi après-midi assister au grand meeting aérien d'Ostende, sur la côte belge, qui devait se dérouler pendant tout le week-end. Mais, cette année, la manifestation a été interrompue par un drame. Sur le coup de 17 heures samedi, un avion de la patrouille royale jordanienne s'est écrasé au sol provoquant la mort de 8 personnes, en blessant 67 autres, dont 10 très grièvement. Ces derniers ont été transportés vers l'hôpital universitaire de Gand, spécialiste des grands brûlés, où l'un d'eux est décédé hier portant le bilan provisoire de la catastrophe à neuf morts.
J'ai l'intention de vivre éternellement, pour le moment, tout se passe comme prévu.
Avatar de l'utilisateur
Peter
 
Messages: 4099
Inscription: Samedi 6 Septembre 2008 19:10

Re: Piloter à l'ancienne

Messagede Haflinger le Dimanche 30 Octobre 2016 22:28

bah, des pauvres types de ton acabit il y en a partout, ici aussi malheureusement, mais tout aussi malheureusement on ne fait rien
"dynamique" et "hero", ................. herodynamique !!!

Mauser Fokker
Avatar de l'utilisateur
Haflinger
 
Messages: 7156
Inscription: Mercredi 20 Avril 2011 13:42
Activité/licences: UV light

Re: Piloter à l'ancienne

Messagede Richard78 le Dimanche 30 Octobre 2016 22:37

Hallucinant, vous ne pouvez lire un post sans passer votre temps à vous insulter, triste pour des prétendus pilotes.

Il vaudrait mieux fermer avant que cela ne dérape plus.


Lamentable vraiment.
Avatar de l'utilisateur
Richard78
 
Messages: 2193
Inscription: Mardi 24 Décembre 2013 02:09

PrécédenteSuivante

Retourner vers Bonnes lectures

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités