Bienvenue !

Nous sommes ravis de vous accueillir sur le forum des pilotes privés.
Vous êtes sur un forum de discussions public, permettant aux pilotes privés, mais aussi à tous les passionnés des choses de l'air, d"échanger leurs idées, leurs expériences, leurs questions.
S'il s'agit de votre premier accès à ce site et que vous n'avez pas créé de pseudonyme, votre accès est restreint. Vous devez obligatoirement vous enregistrer avant de pouvoir accéder à la totalité des rubriques, et apporter vos contributions. L'enregistrement ne prend que quelques secondes.
Pour cela, cliquez sur l'option "M'enregistrer " dans le menu à droite ci-dessus. Si vous possédez déjà un identifiant, indiquez-le dans la zone de saisie ci-dessous.
Nous vous remercions pour votre compréhension, et vous souhaitons de passer de bons moments sur le Forum des Pilotes Privés.

Les Administrateurs

Souffle hélicoïdal et effets gyroscopiques

Tous les sports aériens et les compétitions associées : voltige (avion ou planeur), rallye aérien, pilotage de précision, mais aussi les diverses épreuves ULM et hélicoptère

Re: Souffle hélicoïdal et effets gyroscopiques

Messagede Bee Gee le Dimanche 26 Mai 2019 17:53

Gilles a très bien résumé ce qu'est le Zlin, c'est un avion attachant, ses défauts sont en voltige inversé où il est un peu laborieux moins à l'aise qu'un CAP

Avec une puissance identique le CAP10 est bien plus véloce en palier que le 526.... donc sa trainée de forme est bien moindre..., si le Zlin dégrade moins c'est en première chose que sa voilure à plus d'allongement et par conséquent sa trainée induite est moindre, or en voltige un avion subit avant tout la trainée induite, le deuxième élément est l'hélice à calage variable du 526 qui accroche bien mieux à basse vitesse.

Je me souviens bien des Collières, couple très sympa de Pézenas qui étaient de charmants camarades, on a croisé pas mal de stage et de compétition jusqu'en équipe de France dans laquelle j'y suis resté 3 ans, 2 championnats du monde, et 1 d'Europe, Bernard était en effet un fan du Zlin.

A cette époque il y avait notre magnifique magicienne de la voltige qui adorait aussi cet avion, c'était Françoise Géminel qui a été notre meilleure voltigeuse et qui aurait dû un jour être championne du monde, hélas elle s'est tuée en meeting sur un avion qu'elle n'aimait pas … le CAP 10.

Enfin on peut noter l'exploit de 2 pilotes en Zlin sur rupture de voilure en vol, l'un était français dont le nom m'échappe avant qu'il ne me revienne, son Zlin a cassé en remonté dos, sur rupture de l'attache supérieur de voilure, en revenant en positif la demi voilure s'est remise en place et il a pu revenir se poser "sur des œufs"....

Le deuxième était anglais, Neil Williams, un pilote exceptionnel, hors du commun, son Zlin a cassé en positif, il a réussi à en reprendre le contrôle en vol dos, une situation bien peu confortable… surtout sans parachute ! il est parvenu à exécuter une approche en vol dos avec demi tonneau du bon coté pour finir sur le ventre. Si vous trouvez son bouquin vous allez vous régaler "AEROBATICS"...

La transition entre l'ancien monde s'est fait au cours de cette période avec l'arrivée de Pitts, puis des monoplans sans dièdre à aile médiane dont les machines actuelles sont toutes issues en directe ligne. L'avantage des matériaux modernes est que les avions ne cassent plus guère en vol, ce sont les pilotes qui dérouillent, 9G, c'est pas très bon pour la santé.

A+ !
Avatar de l'utilisateur
Bee Gee
 
Messages: 2897
Inscription: Mercredi 17 Septembre 2008 08:24

Re: Souffle hélicoïdal et effets gyroscopiques

Messagede PhM le Dimanche 26 Mai 2019 19:37

Bee Gee a écrit:"Leon" Mathis était un bon camarade que j'ai connu en stage voltige organisé à l'époque par l'AFVA, nous y avions débuté ensemble la voltige dans les années 70. Avec son bon accent alsacien il était de bonne compagnie, on se marrait bien.  On a vécu la transition entre la voltige sur Stampe et les débuts du CAP10..

L’évocation de Léon Mathis ravive des souvenirs. Je l’ai croisé maintes fois en meeting, volé en patrouille sur des liaisons avec son Zlin ou un chasseur russe (j’ai oublié le modèle). J’ai eu le privilège de le conduire à Duxford avec son copi et mécano pour aller récupérer Tante Ju après le meeting. Il sortait des vannes aussi pourries que les miennes, et ma préférée, c’était quand il disait "au revoir" en teuton en insistant sur la phonétique française : "Ail et fines herbes !" (pour "auf wiedersehen"). Un grand Monsieur, aussi humble que son talent était grand.
PhM
Avatar de l'utilisateur
PhM
 
Messages: 1629
Inscription: Vendredi 14 Septembre 2007 20:18
Localisation: Bécon Les "Tuyères"
Aérodrome: Toussus "l'Ignoble"
Activité/licences: ex TT, PPL, IR outre-Atlantique

Re: Souffle hélicoïdal et effets gyroscopiques

Messagede Julien78510 le Dimanche 26 Mai 2019 20:09

Bee Gee a écrit:Le deuxième était anglais, Neil Williams, un pilote exceptionnel, hors du commun,  son Zlin a cassé en positif, il a réussi à en reprendre le contrôle en vol dos, une situation bien peu confortable…  surtout sans parachute !  il est parvenu à exécuter une approche en vol dos avec demi tonneau du bon coté pour finir sur le ventre. Si vous trouvez son bouquin vous allez vous régaler "AEROBATICS"...


J'avais lu son autre livre ("J'ai eu 9 vies" en français), mais je ne connaissais pas celui là. Du coup je viens de le commander, merci pour l'info!
Julien78510
 
Messages: 303
Inscription: Dimanche 24 Octobre 2010 21:56
Aérodrome: LFPX (Chavenay)
Activité/licences: PPL, voltige

Re: Souffle hélicoïdal et effets gyroscopiques

Messagede gloubiboulga le Dimanche 26 Mai 2019 20:59

Bee Gee a écrit:
Je pense que tu n'aurais pas trouvé ça si tranquille en étant à bord !



Sans aucun doute. Mais ça n’était pas péjoratif. Au contraire. C’est agréable à regarder. Ça n’agresse pas.
gloubiboulga
 
Messages: 19
Inscription: Jeudi 10 Mai 2018 17:32

Re: Souffle hélicoïdal et effets gyroscopiques

Messagede gloubiboulga le Dimanche 26 Mai 2019 21:03

Bee Gee a écrit:Gilles a très bien résumé ce qu'est le Zlin,  c'est un avion attachant, ses défauts sont en voltige inversé où il est un peu laborieux  moins à l'aise qu'un CAP

Avec une puissance identique le CAP10 est bien plus véloce en palier que le 526.... donc sa trainée de forme est bien moindre..., si le Zlin dégrade moins c'est en première chose que sa voilure à plus d'allongement et par conséquent sa trainée induite est moindre, or en voltige un avion subit avant tout la trainée induite, le deuxième élément est l'hélice à calage variable du 526 qui accroche bien mieux à basse vitesse.

Je me souviens bien des Collières,  couple très sympa de Pézenas qui étaient de charmants camarades, on a croisé pas mal de stage et de compétition jusqu'en équipe de France dans laquelle j'y suis resté 3 ans, 2 championnats du monde, et 1 d'Europe,  Bernard était en effet un fan du Zlin.  

A cette époque il y avait notre magnifique magicienne de la voltige qui adorait aussi cet avion, c'était Françoise Géminel qui a été notre meilleure voltigeuse et qui aurait dû un jour être championne du monde, hélas elle s'est tuée en meeting sur un avion qu'elle n'aimait pas …  le CAP 10.

Enfin on peut noter l'exploit de 2 pilotes en Zlin sur rupture de voilure en vol, l'un était français dont le nom m'échappe avant qu'il ne me revienne, son Zlin a cassé en remonté dos, sur rupture de l'attache supérieur de voilure, en revenant en positif la demi voilure s'est remise en place et il a pu revenir se poser "sur des œufs"....

Le deuxième était anglais, Neil Williams, un pilote exceptionnel, hors du commun,  son Zlin a cassé en positif, il a réussi à en reprendre le contrôle en vol dos, une situation bien peu confortable…  surtout sans parachute !  il est parvenu à exécuter une approche en vol dos avec demi tonneau du bon coté pour finir sur le ventre. Si vous trouvez son bouquin vous allez vous régaler "AEROBATICS"...

La transition entre l'ancien monde s'est fait au cours de cette période  avec l'arrivée de Pitts, puis des monoplans sans dièdre à aile médiane dont les machines actuelles sont toutes issues en directe ligne.   L'avantage des matériaux modernes est que les avions ne cassent plus guère en vol, ce sont les pilotes qui dérouillent, 9G, c'est pas très bon pour la santé.

A+ !


Merci pour ce récit. De vrais gentlemen Flyers Image
gloubiboulga
 
Messages: 19
Inscription: Jeudi 10 Mai 2018 17:32

Re: Souffle hélicoïdal et effets gyroscopiques

Messagede Leon Robin le Lundi 27 Mai 2019 09:09

Bee Gee a écrit:............... Enfin on peut noter l'exploit de 2 pilotes en Zlin sur rupture de voilure en vol, l'un était français dont le nom m'échappe avant qu'il ne me revienne, son Zlin a cassé en remonté dos, sur rupture de l'attache supérieur de voilure, en revenant en positif la demi voilure s'est remise en place et il a pu revenir se poser "sur des œufs"... ...............

Claude Pinault.
Je le connais bien, mais on ne le voit plus guère à Cannes où on pouvait le trouver sur le terrain presque à coup sûr.

Je devrais pouvoir retrouver un topo qu'il m'avait passé sur son aventure un jour où je l'avais interrogé sur le sujet.
Il avait largué la verrière, qui est tombée près de pêcheurs en bord de Marne pas loin du terrain (c'était à Meaux) et l'ont rapportée alors que l'équipe au sol ramenait l'avion en remorque vers le hangar
Léon Robin, LFMD
" Ceux qui sont prêts à sacrifier leur liberté à leur sécurité ne méritent ni l'une, ni l'autre " (d'après Benjamin Franklin)
Site de mon aéroclub : http://aeroclub-uaca.org
Avatar de l'utilisateur
Leon Robin
Défense des plateformes
 
Messages: 13910
Inscription: Mercredi 12 Septembre 2007 22:59
Aérodrome: Cannes-Mandelieu (LFMD)
Activité/licences: PPL (ex-TT transformé)

Re: Souffle hélicoïdal et effets gyroscopiques

Messagede Bee Gee le Lundi 27 Mai 2019 09:53

Leon Robin a écrit:
Bee Gee a écrit:............... Enfin on peut noter l'exploit de 2 pilotes en Zlin sur rupture de voilure en vol, l'un était français dont le nom m'échappe avant qu'il ne me revienne, son Zlin a cassé en remonté dos, sur rupture de l'attache supérieur de voilure, en revenant en positif la demi voilure s'est remise en place et il a pu revenir se poser "sur des œufs"... ...............

Claude Pinault.
Je le connais bien, mais on ne le voit plus guère à Cannes où on pouvait le trouver sur le terrain presque à coup sûr.

Je devrais pouvoir retrouver un topo qu'il m'avait passé sur son aventure un jour où je l'avais interrogé sur le sujet.En fait, je crois bien que c'était l'attache inférieure et qu'il avait fait le retour en vol dos, y compris la finale, pour revenir ventre à 1/2 envergure + epsilon du sol et se poser.
Il avait largué la verrière, qui est tombée près de pêcheurs en bord de Marne pas loin du terrain (c'était à Meaux) et l'ont rapportée alors que l'équipe au sol ramenait l'avion en remorque vers le hangar


Merci pour le rappel,  Pinault était le gendre de Charreton il me semble, autre figure de la voltige de cette époque, avec Jean Eyquem et quelques autres, .

Avant les monoplans on avait des tas de ficelle appelés Stampe ou Bücker, certes de bons avions écoles mais qui trainaient effroyablement.  Pour casser en vol un biplan, il faut y aller sévère, naturellement certains y sont parvenus !  Lorsque sont arrivés les monoplans comme le Zlin et le CAP, les machines prennent  bien plus facilement du badin et comme on le sait, le potentiel de G croît avec le carré de la vitesse, hélas ces avions ont été calculé aux normes de l'époque +6 - 3 en charge limite +9 -4.5 en charge extrême, nettement insuffisant comme  la suite l'a montré, Zlin et CAP ont cassé en vol.

Le CAP 10 était un peu au delà de cette norme +6  - 4.5 et aurait pu être certifié +7 -4.5, seulement voilà, le paramètre humain se met rapidement en route, et après le Stampe je me souviens de l'euphorie qu'il y a eu autour du CAP autrement plus brillant que le tas de ficelle, et dans cette euphorie tout le monde a tapé dedans bien au delà du raisonnable. Le premier vol en CAP10 que j'ai fait avec le pilote maison de l'époque chez Mudry, on est redescendu du vol avec +7 -5 à l'accéléro, et comme il a fait le tour de Gaule en démo,  le mauvais pli était dès lors emmanché. Tout le monde pensait que l'avion était incassable…..  et bien sûr quelques uns ont cassé par la suite, mais faut voir ce qu'on leur a mis dans la tronche !, le fautif n'est pas l'avion mais bien les pilotes.  Et puis un paramètre a été oublié, le vieillissement dû au cumul des contraintes alternées, les atterros trop durs etc. Il aurait fallu limité le potentiel voltige X heures de vol et surtout se limiter aux charges sûrs +4.5 - 3. ce qui a été fait bien après et avant que les versions renforcées n'arrivent.  

Avec les matériaux modernes ont peut faire léger et quasi incassable pour un avion de compet à +9 -9 la rupture doit se situer je pense autour de 20G, le danger vient alors des limites physiologiques des pilotes.

a+ !
Avatar de l'utilisateur
Bee Gee
 
Messages: 2897
Inscription: Mercredi 17 Septembre 2008 08:24

Re: Souffle hélicoïdal et effets gyroscopiques

Messagede Leon Robin le Lundi 27 Mai 2019 10:12

@ Bee Gee
Tu avais raison, c'était bien l'attache supérieure qui avait lâché. J'ai corrigé mon message ... mais pendant ce temps tu devais rédiger la suite en ayant repris le contenu du mien avant correction pour le citer.

J'ai retrouvé ce que Claude m'avait passé, je vais créer un sujet spécifique
Léon Robin, LFMD
" Ceux qui sont prêts à sacrifier leur liberté à leur sécurité ne méritent ni l'une, ni l'autre " (d'après Benjamin Franklin)
Site de mon aéroclub : http://aeroclub-uaca.org
Avatar de l'utilisateur
Leon Robin
Défense des plateformes
 
Messages: 13910
Inscription: Mercredi 12 Septembre 2007 22:59
Aérodrome: Cannes-Mandelieu (LFMD)
Activité/licences: PPL (ex-TT transformé)

Re: Souffle hélicoïdal et effets gyroscopiques

Messagede Bee Gee le Lundi 27 Mai 2019 10:54

Leon Robin a écrit:@ Bee Gee
Tu avais raison, c'était bien l'attache supérieure qui avait lâché. J'ai corrigé mon message ... mais pendant ce temps tu devais rédiger la suite en ayant repris le contenu du mien avant correction pour le citer.

J'ai retrouvé ce que Claude m'avait passé, je vais créer un sujet spécifique


C'est en effet bien ce qui me semblait.


Pour terminer,  les compets internationales de cette époque était plus variées et plus susceptibles d'attirer un peu plus le public, la raison était la grande variété des avions, alors que de nos jours c'est presque comme en F1, quasi du monotype.

En 76 on avait les Russes d'URSS en YAK50 avion fort spectaculaire mené par les meilleurs pilotes de l'époque comme Egorov ou Victor Letsko,  les autres pays de l'est la plupart sur Zlin, les Suisses en Akrostar avec à l'époque des pilotes au top, les amerlos et anglais pour la plupart en Pitts spécial ou en protos comme le monoplan aile médiane de Loudenslager, les français en CAP20 "standard" dont les caractéristiques auraient fait un excellent avion de chasse en 1920 mais plus dans le coup pour la voltige "moderne", et le petit dernier de Mudry le proto du CAP20L partagé avec l'ami Laffile, le tout embarqué dans 2 Transall de l'armée de l'air destination Kiev, le proto du CAP20L avait le GMP du CAP 10, 180 cv pas fixe contre les 360 des Yak !,...  Et tous les juges des pays de l'est aux ordres du grand chef soviétique, on avait aucune chance de bien figurer mais l'important est de participer comme a dit un certain. Avoir terminé premier français devant les militaires était déjà pour moi une petite victoire.

Enfin la clôture s'est fait sur un meeting comme on ne voit plus chez nous.
Avatar de l'utilisateur
Bee Gee
 
Messages: 2897
Inscription: Mercredi 17 Septembre 2008 08:24

Précédente

Retourner vers Voltige et autres sports aériens

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 7 invités