Bienvenue !

Nous sommes ravis de vous accueillir sur le forum des pilotes privés.
Vous êtes sur un forum de discussions public, permettant aux pilotes privés, mais aussi à tous les passionnés des choses de l'air, d"échanger leurs idées, leurs expériences, leurs questions.
S'il s'agit de votre premier accès à ce site et que vous n'avez pas créé de pseudonyme, votre accès est restreint. Vous devez obligatoirement vous enregistrer avant de pouvoir accéder à la totalité des rubriques, et apporter vos contributions. L'enregistrement ne prend que quelques secondes.
Pour cela, cliquez sur l'option "M'enregistrer " dans le menu à droite ci-dessus. Si vous possédez déjà un identifiant, indiquez-le dans la zone de saisie ci-dessous.
Nous vous remercions pour votre compréhension, et vous souhaitons de passer de bons moments sur le Forum des Pilotes Privés.

Les Administrateurs

Passagers à bord lors d'un test PPL

L'aviation légère et l'aviation en général, pour les pilotes et élèves-pilotes privés, mais aussi tous les amoureux de l'aviation. Les membres inscrits ont aussi accès au "Bar de l'aéroclub".

Re: Passagers à bord lors d'un test PPL

Messagede andre44 le Jeudi 30 Septembre 2021 18:32

Bonjour

la brutalité n'as pas sa place dans le pilotage d'un avion , ni ans la conduite du moteur  
le pilotage doit se faire en souplesse et de façon harmonieuse
Personnellement l'acrobatie brutale ne ma jamais impressionné
je préfère de loin les manoeuvres harmonieuses et souple comme une  danse  
celle que nos vieux biplan sous motorisé  faisait  un tonneaux lent et plus agréable que un tonneaux déclanché

La brutalité n'as pas sa place en automobile  les accelleration brusque trace noir sur la route ,les coups de frein brusque
dénote un mauvais chauffeur

Un brute reste un brute dans tout ce qu'il touche

j'ai connu des pilotes qui avait peur d'avoir un avion en vol a coté d'eux, même a bonne distance .
pourtant ce même pilote sur la route lorsqu'il double un autre les rétroviseurs  passe très  serré .     

André

https://youtu.be/Ts9JOMp4THI


Avatar de l'utilisateur
andre44
Expert hélices
 
Messages: 9340
Inscription: Samedi 15 Septembre 2007 00:39
Aérodrome: SY3 Sorel

Re: Passagers à bord lors d'un test PPL

Messagede Leon Robin le Jeudi 30 Septembre 2021 22:39

"Action brutale" : le regretté G. Klopfstein m'avait gratifié d'un exposé sur la portance instationnaire - dont je n'avais jamais entendu parler auparavant - créée lors d'une action trop rapide (brutale) aux commandes. J'en ai simplement retenu que cela pouvait créer de de brefs facteurs de charge élevés dépassant largement les limites de l'avion, non indiqués par l'accéléromètre (tout au moins les modèles mécaniques) du fait de son inertie. Autrement dit, une bonne manière de casser la machine par des mouvements secs sur la profondeur au dernier moment. J'ai cru comprendre au'il s'agissait de la dérivée de l'accélération.
Un expert en méca vol pourrait-il nous en dire plus ?
En tout cas, c'était un des chevaux de bataille de Klopfstein, qui n'était pas du genre à raconter n'importe quoi en matière de méca vol.
Léon Robin, LFMD
" Ceux qui sont prêts à sacrifier leur liberté à leur sécurité ne méritent ni l'une, ni l'autre " (d'après Benjamin Franklin)
Site de mon aéroclub : http://aeroclub-uaca.org
Avatar de l'utilisateur
Leon Robin
Défense des plateformes
 
Messages: 14691
Inscription: Mercredi 12 Septembre 2007 22:59
Aérodrome: Cannes-Mandelieu (LFMD)
Activité/licences: PPL (ex-TT transformé)

Re: Passagers à bord lors d'un test PPL

Messagede xtreme le Vendredi 1 Octobre 2021 00:56

Tout est là, le jerk, ou le yank qui en découle sur une masse, pourrait être l'unité de brutalité...
Le savoir n'empêchera pas l'avion de casser.

Image
(D'après techno-science.net)
Avatar de l'utilisateur
xtreme
 
Messages: 356
Inscription: Vendredi 14 Septembre 2007 20:35
Localisation: Montpellier, Candillargues
Aérodrome: LFMT, LFNG
Activité/licences: PPlA/IFR, CPLH

Re: Passagers à bord lors d'un test PPL

Messagede gma le Vendredi 1 Octobre 2021 03:37

Il y a longtemps, un type a démontré que tous les avions pouvaient faire des figures d'acrobaties...

https://www.youtube.com/watch?v=WNu_MOhmddc
Il n'y a que l'exception pour faire avancer la science, la découverte se fait au moment où l'observateur remarque une anomalie... (B Vian)
gma
 
Messages: 3734
Inscription: Mercredi 26 Octobre 2016 16:19
Localisation: Nord de France, UK
Aérodrome: LFQQ, LFQT, LFAT, LFQB, EGNR, LGIO, UNBB
Activité/licences: PPL (A), CBIR, VP-RU/ VdN, TW

Re: Passagers à bord lors d'un test PPL

Messagede Delépine le Vendredi 1 Octobre 2021 10:04

EN somme le jerk qui a tant de rivaux en français est l'accélération de l'accélération, la "vitesse" à laquelle l'accélération se met en place.
C'est sans doute lui qui fait écrire à Camille Rougeron dans l'aviation de bombardement, 1936, que l'application instantanée d'une charge double la contrainte à laquelle soumet la charge progressivement appliquée ("instantanément" et "progressivement" s'entendant par rapport à la période d'oscillation libre de l'élément mécanique sollicité).
La libellule a quatre "l" et quatre ailes... comme la 4L qui a aussi quatre ailes mais un seul L... enfin, gros mot, seau d'eau... euh, grosso modo.

Ex Delepino sequitur quodlibet.
Avatar de l'utilisateur
Delépine
 
Messages: 7265
Inscription: Vendredi 21 Mars 2014 20:17

Re: Passagers à bord lors d'un test PPL

Messagede Maverick F-PBUG le Vendredi 1 Octobre 2021 10:28

je ne sais pas si cette définition va convenir à Manu... mais moi vous m'avez un peu perdu les gars :)
Avatar de l'utilisateur
Maverick F-PBUG
 
Messages: 2313
Inscription: Mercredi 29 Octobre 2008 19:33
Localisation: Meaux / Coulommiers
Aérodrome: LFPE

Re: Passagers à bord lors d'un test PPL

Messagede Manu le Vendredi 1 Octobre 2021 10:51

La définition est une chose, le mot " brutal " dans le MdV en est une autre.

Perso je sais pas le quantifier.

Manu
Avatar de l'utilisateur
Manu
 
Messages: 9240
Inscription: Dimanche 16 Septembre 2007 09:39
Localisation: Toulouse
Aérodrome: Gaillac - LFDG
Activité/licences: PPL - VV

Re: Passagers à bord lors d'un test PPL

Messagede Gilles131 le Vendredi 1 Octobre 2021 11:40

Delépine a écrit:C'est sans doute lui qui fait écrire à Camille Rougeron dans l'aviation de bombardement, 1936, que l'application instantanée d'une charge double la contrainte à laquelle soumet la charge progressivement appliquée ("instantanément" et "progressivement" s'entendant par rapport à la période d'oscillation libre de l'élément mécanique sollicité).

Je me souviens l’avoir démontré en cours de physique : quand on applique à une masse une force qui l’amène à en percuter une autre, l’effort appliqué sur la seconde tend vers deux fois la force quand l’écart entre les deux masses tend vers 0.
Avatar de l'utilisateur
Gilles131
 
Messages: 6383
Inscription: Lundi 18 Novembre 2013 19:53
Activité/licences: Pilote de Bücker… et autres

Re: Passagers à bord lors d'un test PPL

Messagede Delépine le Vendredi 1 Octobre 2021 12:59

Cela laisse supposer qu'une longue aile de planeur serait beaucoup plus sensible qu'une voilure trapue de coursier à l'application brusque d'une charge, la période d'oscillation de la première valant probablement des dizaines de fois celle de la seconde.
La libellule a quatre "l" et quatre ailes... comme la 4L qui a aussi quatre ailes mais un seul L... enfin, gros mot, seau d'eau... euh, grosso modo.

Ex Delepino sequitur quodlibet.
Avatar de l'utilisateur
Delépine
 
Messages: 7265
Inscription: Vendredi 21 Mars 2014 20:17

Re: Passagers à bord lors d'un test PPL

Messagede Maverick F-PBUG le Vendredi 1 Octobre 2021 14:18

Manu a écrit:La définition est une chose, le mot " brutal " dans le MdV en est une autre.

Perso je sais pas le quantifier.

Manu


pourquoi veux tu tout définir et quantifier ?
le MDV recommande d'agir sans brutalité (comprendre progressivement et sans à coup) quand la vitesse est élevée
c'est pourtant pas sorcier
Avatar de l'utilisateur
Maverick F-PBUG
 
Messages: 2313
Inscription: Mercredi 29 Octobre 2008 19:33
Localisation: Meaux / Coulommiers
Aérodrome: LFPE

Re: Passagers à bord lors d'un test PPL

Messagede andre44 le Vendredi 1 Octobre 2021 15:52

Bonjour
la brutalité ...
La difference entre renter les têtons de centrage dans une hélice , avec un presse pression contrôlé , progressivement
Ou les rentrer avec un marteau

Un coup de masse sur un rail de chemin de fer, grand froid peu le cassé .

André
Avatar de l'utilisateur
andre44
Expert hélices
 
Messages: 9340
Inscription: Samedi 15 Septembre 2007 00:39
Aérodrome: SY3 Sorel

Re: Passagers à bord lors d'un test PPL

Messagede cda le Vendredi 1 Octobre 2021 17:58

Euh ! Excusez-moi de vous déranger.Image
Peut-on avoir un passager extérieur non concerné lors d'un test PPL ?

Merci pour votre réponse.ImageImageImageImage
Dernière édition par cda le Vendredi 1 Octobre 2021 18:58, édité 1 fois.
Avatar de l'utilisateur
cda
 
Messages: 463
Inscription: Vendredi 21 Juillet 2017 15:00

Re: Passagers à bord lors d'un test PPL

Messagede Leon Robin le Vendredi 1 Octobre 2021 18:58

Non !
Léon Robin, LFMD
" Ceux qui sont prêts à sacrifier leur liberté à leur sécurité ne méritent ni l'une, ni l'autre " (d'après Benjamin Franklin)
Site de mon aéroclub : http://aeroclub-uaca.org
Avatar de l'utilisateur
Leon Robin
Défense des plateformes
 
Messages: 14691
Inscription: Mercredi 12 Septembre 2007 22:59
Aérodrome: Cannes-Mandelieu (LFMD)
Activité/licences: PPL (ex-TT transformé)

Re: Passagers à bord lors d'un test PPL

Messagede Luc Lion le Vendredi 1 Octobre 2021 18:58

Leon Robin a écrit:"Action brutale" : le regretté G. Klopfstein m'avait gratifié d'un exposé sur la portance instationnaire - dont je n'avais jamais entendu parler auparavant - créée lors d'une action trop rapide (brutale) aux commandes. J'en ai simplement retenu que cela pouvait créer de de brefs facteurs de charge élevés dépassant largement les limites de l'avion, non indiqués par l'accéléromètre (tout au moins les modèles mécaniques) du fait de son inertie. Autrement dit, une bonne manière de casser la machine par des mouvements secs sur la profondeur au dernier moment. J'ai cru comprendre au'il s'agissait de la dérivée de l'accélération.
Un expert en méca vol pourrait-il nous en dire plus ?
En tout cas, c'était un des chevaux de bataille de Klopfstein, qui n'était pas du genre à raconter n'importe quoi en matière de méca vol.

On parle de portance instationnaire dès qu'il y a une variation rapide des flux aérodynamiques autour d'une surface portante.
Cette variation peut être causée par une action brutale sur une surface de contrôle, mais aussi par une rafale ou par un effet aéroélastique.
Si je ne me trompe, la mesure de la dérivée de l'accélération est plus une mesure du résultat qu'une mesure de la cause.

En gros, l'aérodynamique enseignée aux pilotes est essentiellement une "aérodynamique stationnaire".
C'est à dire une aérodynamique où l'on considère que les flux d'air ne varient pas dans le temps.
Bien sûr, on étudie ce qui se passe lorsque l'avion accélère ou change d'attitude.
Mais cette étude se contente d'examiner les flux et les forces dans une nouvelle configuration après un changement, cette configuration étant elle-même considérée comme stationnaire.

En allant un peu plus loin, on peut examiner comment une variation de vitesse du flux (longitudinale, normale et parallèle à la surface portante ou normale et perpendiculaire à l'axe de la surface) aboutit à une variation de la portance. Ce peut être aussi une variation de la portance due à un mouvement de flexion ou de torsion de la surface portante ou due à un mouvement d'une surface de contrôle.
Si ces variations de vitesse sont faibles par rapport à la vitesse relative de l'air, on parlera d' "aérodynamique quasi-stationnaire" et on se contentera d'xemininer les effets au premier degré de ces variations.
Traditionnellement, c'est dans ce contexte que l'on étudie les effets aéroélastiques.

Enfin, si les variations sont relativement importantes, il faudra se préoccuper des effets du second degré, c'est à dire des accélérations du flux ou des accélérations des mouvements de la surface portante.
On parle alors d' "aérodynamique instationnaire".
L'étude des effets du second degré ne permet plus de considérer l'air comme incompressible ; en effet, au second degré, les forces et les transfert d'énergie correspondent à l'émission d'ondes de compression.

Je présume que ce sont ces phénomènes d'onde de compression qui amenaient Monsieur Klopfstein à parler de "brefs facteurs de charge élevés".

Il est possible d'utiliser une formule simple pour évaluer une limite supérieure de ces effets compressifs (en régime subsonique).
Il s'agit de l'équation de Joukowsky, c'est à dire la formule qui permet aussi de calculer une limite haute pour les effet "coup de bélier" dans les canalisation.
Evidemment, dans le cas d'un avion, ce n'est pas pour évaluer les effets à distance puisque le milieu est ouvert.
La formule est:
   ∆P = ρ.c.∆v

Donc, par exemple, pour un mouvement brusque quasi-instantané qui amènerait à déplacer une couche limite de 10 cm en 0.1 seconde (soit 1 mètre par seconde), on aurait:
   ∆P = (1.225 kg/m³).(340 m/s).(1 m/s) = 416.5 Pa  ou 42 kgf/m²
Je rappelle qu'il s'agit d'un maximum.
Il s'agit en fait de la force de rappel maximale que l'air peut fournir lorsqu'il est soumis à une onde de compression instantanée.

Cette pression est du même ordre de grandeur que la charge alaire d'un petit avion (73 kg/m² pour le PA28).
Ce n'est pas négligeable mais c'est sans commune mesure avec les forces développées dans l'effet aéroélastique lorsque les forces de rappel élastiques se combinent avec la pression aérodynamique.

Luc
Ne confondez pas "dirigeant" et "dirigeable". Le dirigeant, c'est le plus gonflé !
Avatar de l'utilisateur
Luc Lion
 
Messages: 4197
Inscription: Jeudi 13 Novembre 2008 13:14
Localisation: Belgique
Aérodrome: Luxembourg ELLX
Activité/licences: PPL(A) - IR

Re: Passagers à bord lors d'un test PPL

Messagede cda le Vendredi 1 Octobre 2021 19:16

Merci Léon !Image
Pour cette réponse précise et bien nette.

Pour ce qui est de mes sinusoïdes sur le barogramme (ne pas confondre avec barographe, l'instrument enregistreur avec le vieux pépé du terrain bonhomme et plein de bons conseils de sécurité..

Et nous sommes encore tous là, à deviser sur Miitry Mory, Antoine Léglise, Maguy, etc

Quelle chance.

A bientôt pour de nouvelles aventures.
Bons vols
Avatar de l'utilisateur
cda
 
Messages: 463
Inscription: Vendredi 21 Juillet 2017 15:00

PrécédenteSuivante

Retourner vers En l'air, autour de ce qui vole

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: FoxLima, Google [Bot], Philippe PONS et 246 invités