Bienvenue !

Nous sommes ravis de vous accueillir sur le forum des pilotes privés.
Vous êtes sur un forum de discussions public, permettant aux pilotes privés, mais aussi à tous les passionnés des choses de l'air, d"échanger leurs idées, leurs expériences, leurs questions.
S'il s'agit de votre premier accès à ce site et que vous n'avez pas créé de pseudonyme, votre accès est restreint. Vous devez obligatoirement vous enregistrer avant de pouvoir accéder à la totalité des rubriques, et apporter vos contributions. L'enregistrement ne prend que quelques secondes.
Pour cela, cliquez sur l'option "M'enregistrer " dans le menu à droite ci-dessus. Si vous possédez déjà un identifiant, indiquez-le dans la zone de saisie ci-dessous.
Nous vous remercions pour votre compréhension, et vous souhaitons de passer de bons moments sur le Forum des Pilotes Privés.

Les Administrateurs

400 mètres, ça n'est pas long...

L'aviation légère et l'aviation en général, pour les pilotes et élèves-pilotes privés, mais aussi tous les amoureux de l'aviation. Les membres inscrits ont aussi accès au "Bar de l'aéroclub".

Re: 400 mètres, ça n'est pas long...

Messagede Vertex le Vendredi 4 Décembre 2020 23:25

Bonsoir à tous,


j’ai volé le DHC6 dans les années 80.
C’est un avion très attachant et manœuvrant qui présente de nombreuses particularités.
Je n’ai fait que quelques centaines d’heures sur twin, mais je garde un bon souvenir de cet utilitaire. Un peu lent en croisière mais on peut pas tout avoir...ses qualités STOL étaient extraordinaires.
Lors des vols d’entraînements, certes nous étions légers, nous volions les finales avec à peine plus de 60kts. Nous visions les peignes, arrêt complet, positionnement des volets sur décollage, puis départ de la position, l’envol avait lieu juste après les plots avant la première marque centrale.
Soit moins de 400 mètres pour un Stop &go.
A l’époque nous ne pouvions dépasser les 5,7 tonnes au décollage. Je crois savoir que les Canadiens l’utilisaient jusqu’à 7 tonnes.

Autre particularité, le braquage des volets atterrissages est tellement important qu’en finale sur un ILS, l’assiette est d’environ -5° si je me rappelle bien, ce qui est peu courant. Ceci explique que le touché semble être trois points.
Les passagers du derniers rangs pouvaient voir la piste dans l’encadrement de la porte du poste de pilotage, ce qui les terrorisaient quand les conditions étaient turbulentes, la piste apparaissait et disparaissait sans cesse.
Ils nous voyaient les mains accrochées au plafond sans savoir que les commandes moteur y étaient placées. C’était également une source d’inquiétude et de questions!

Par vent de travers, il fallait être prudent, l’appareil a de grandes surfaces latérales.
Le plus grand piège était le levier de commande de l’orientation du train avant situé juste derrière le volant pilote. Sa médiocre ergonomie pouvait nous faire sortir de piste si on ne vérifiait pas qu’il était au neutre, il n’y avait pas de ressort de rappel. Les palonniers ne sont pas couplés à l’orientation du train avant qui manœuvre hydrauliquement.

Les grandes roues basses pression permettaient de faire des "Kiss" facilement.
Vertex
 
Messages: 4
Inscription: Dimanche 22 Avril 2018 00:10
Aérodrome: Cannes

Re: 400 mètres, ça n'est pas long...

Messagede Max8992 le Samedi 5 Décembre 2020 19:00

FbS a écrit:
Max8992 a écrit:Premier décollage en moins de 400m de notre C172 à mazout samedi avec notre instructeur au manche : 3 personnes à bord, mi réservoir (~1080Kg, vent nul décollage, 10°). Atterro quasi idem.
Je vais le tester bientôt Image


Raté, il doit faire un tour par la case atelier, ca vient de tomber : https://ad.easa.europa.eu/ad/2020-0228


Merci ! vérif faite, pas concerné Image
Max8992
 
Messages: 2930
Inscription: Mercredi 6 Avril 2011 18:41
Aérodrome: LFLA
Activité/licences: PPL SEP, ULM

Précédente

Retourner vers En l'air, autour de ce qui vole

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Google [Bot], Majestic-12 [Bot], Philou et 52 invités