Bienvenue !

Nous sommes ravis de vous accueillir sur le forum des pilotes privés.
Vous êtes sur un forum de discussions public, permettant aux pilotes privés, mais aussi à tous les passionnés des choses de l'air, d"échanger leurs idées, leurs expériences, leurs questions.
S'il s'agit de votre premier accès à ce site et que vous n'avez pas créé de pseudonyme, votre accès est restreint. Vous devez obligatoirement vous enregistrer avant de pouvoir accéder à la totalité des rubriques, et apporter vos contributions. L'enregistrement ne prend que quelques secondes.
Pour cela, cliquez sur l'option "M'enregistrer " dans le menu à droite ci-dessus. Si vous possédez déjà un identifiant, indiquez-le dans la zone de saisie ci-dessous.
Nous vous remercions pour votre compréhension, et vous souhaitons de passer de bons moments sur le Forum des Pilotes Privés.

Les Administrateurs

Co-avionnage - suite

L'aviation légère et l'aviation en général, pour les pilotes et élèves-pilotes privés, mais aussi tous les amoureux de l'aviation. Les membres inscrits ont aussi accès au "Bar de l'aéroclub".

Co-avionnage - suite

Messagede Aviathor le Vendredi 2 Juin 2017 09:02

La France n'a pas eu gain de cause à Bruxelles (ou Cologne). Le groupe de travail n'a trouvé aucun fait corroborant que des problèmes de sécurité existent. Le rapport est intéressant.

La France devrait donc logiquement retirer sa consigne opérationnelle et son exception.
Aviathor
 
Messages: 1225
Inscription: Lundi 3 Août 2015 11:21
Aérodrome: LFPT, LFPN
Activité/licences: PPL(A)

Re: Co-avionnage - suite

Messagede Leon Robin le Vendredi 2 Juin 2017 09:27

Une usine à gaz supplémentaire. A priori, le contenu des divers "modules" proposés correspond au contenu de la formation PPL. Pourquoi en remettre une couche ?

Rappel : en ce qui concerne les aéroclubs, le problème principal n'est pas abordé dans ce rapport : l'implication fiscale de ce qui peut (et sera très certainement invoqué lors d'un contrôle fiscal), l'aspect publicitaire lié à la proposition de ce type de vol. Pas étonnant que l'EASA n'en parle pas, c'est totalement hors de son rôle et de sa compétence.

Je persiste dans la position maintes fois exprimée ici :
  • Les propriétaires individuels font ce qu'ils veulent. Point.
  • Les clubs - en tant que propriétaires ou exploitants de leurs avions - sont tout aussi libres de décider leurs propres conditions de mise à disposition à leurs membres, l'adhésion à tel ou tel club étant un acte volontaire et réfléchi, comportant acceptation des statuts et réglement intérieur
Léon Robin, LFMD
" Ceux qui sont prêts à sacrifier leur liberté à leur sécurité ne méritent ni l'une, ni l'autre " (d'après Benjamin Franklin)
Site de mon aéroclub : http://aeroclub-uaca.org
Avatar de l'utilisateur
Leon Robin
Défense des plateformes
 
Messages: 13502
Inscription: Mercredi 12 Septembre 2007 22:59
Aérodrome: Cannes-Mandelieu (LFMD)
Activité/licences: PPL (ex-TT transformé)

Re: Co-avionnage - suite

Messagede chibani le Vendredi 2 Juin 2017 12:29

Pour éviter le pb fiscal il faut que le passager se fasse membre du club.
Apres le lub peug encourager ou décourager la pratique en fixant une cotisation minime ou très élevée quitte a faire l inverse qur lz tarif hsv.
Serge
Avatar de l'utilisateur
chibani
 
Messages: 665
Inscription: Lundi 27 Avril 2009 15:42
Aérodrome: Chavenay Megève
Activité/licences: PPL - ULM

Re: Co-avionnage - suite

Messagede Leon Robin le Vendredi 2 Juin 2017 12:42

chibani a écrit:Pour éviter le pb fiscal il faut que le passager se fasse membre du club.
Apres le  lub peug encourager ou décourager la pratique en fixant une cotisation minime ou très élevée quitte a faire l inverse qur lz tarif hsv.

ça, c'est si le passager paie directement au club. Mais ce n'est pas le problème.

Le problème est la qualification possible en "publicité" des offres sur un site de co-avionnage, public par nature. A mon avis, résultat garanti à 100% en cas de contrôle fiscal. Après, c'est à chaque club de décider des risques qu'il prend pour faire plaisir à quelques uns de ses membres. Sans généraliser pour autant, j'ai pu constater dans mon club que, parmi les quelques cas traités, aucun des pilotes concernés n'avait eu quelque activité bénévole au sein du club depuis son adhésion. Voilà qui donne envie de prendre un gros risque fiscal pour eux Image
Léon Robin, LFMD
" Ceux qui sont prêts à sacrifier leur liberté à leur sécurité ne méritent ni l'une, ni l'autre " (d'après Benjamin Franklin)
Site de mon aéroclub : http://aeroclub-uaca.org
Avatar de l'utilisateur
Leon Robin
Défense des plateformes
 
Messages: 13502
Inscription: Mercredi 12 Septembre 2007 22:59
Aérodrome: Cannes-Mandelieu (LFMD)
Activité/licences: PPL (ex-TT transformé)

Re: Co-avionnage - suite

Messagede aviateur bourbonnais le Vendredi 2 Juin 2017 13:19

chibani a écrit:Pour éviter le pb fiscal il faut que le passager se fasse membre du club.
Apres le  lub peug encourager ou décourager la pratique en fixant une cotisation minime ou très élevée quitte a faire l inverse qur lz tarif hsv.

tu as un clavier croate ????? Image
Profitez MAINTENANT de la baisse des taux ! En finale, votre plan à 1.5% seulement ! Image

Jean-Marie, aviateur bourbonnais
Avatar de l'utilisateur
aviateur bourbonnais
 
Messages: 3626
Inscription: Lundi 17 Septembre 2007 16:18
Localisation: le bourbonnais, Lyon, Valence
Aérodrome: LFHX - Lapalisse
Activité/licences: Rentier, abonne au gaz, papa multirecidiviste

Re: Co-avionnage - suite

Messagede PPG le Samedi 3 Juin 2017 10:30

Léon,
On dit que enseigner c'est répéter. Et tu as raison de le faire. Trésorier de mon club je suis celui qui sans cesse rappelle le cadre de notre exercice associatif et fédéral....
je suis souvent surpris que les membres ne maîtrisent pas ces notions mais cela m'inquiète encore plus quand il s'agit d'instructeurs. Je les engueule en leur expliquant que mon seul objectif c'est que le président et eux même ne soit pas juridiquement inquiété.
Dans un club dont les finances sont à peu près saines, ce qui est souvent le cas car notre activité s appuie beaucoup sur des coûts variables, les seuls vrais risques sont fiscaux et juridiques.
Certains pensent que parce qu' on est des petites associations monsieur l'inspecteur sera indulgent.... avec un peu d'expérience on sait que cela ne marche pas comme dans un dessin animé de Pixar!
PPG
 
Messages: 136
Inscription: Samedi 20 Mars 2010 17:57

Re: Co-avionnage - suite

Messagede chibani le Samedi 3 Juin 2017 12:43

aviateur bourbonnais a écrit:
chibani a écrit:Pour éviter le pb fiscal il faut que le passager se fasse membre du club.
Apres le  lub peug encourager ou décourager la pratique en fixant une cotisation minime ou très élevée quitte a faire l inverse qur lz tarif hsv.
8
tu as un clavier croate ????? Image


Un petit téléphone et des gros doigts.
Serge
Avatar de l'utilisateur
chibani
 
Messages: 665
Inscription: Lundi 27 Avril 2009 15:42
Aérodrome: Chavenay Megève
Activité/licences: PPL - ULM

Re: Co-avionnage - suite

Messagede despegue le Samedi 3 Juin 2017 15:10

Attention à ne pas avoir une activité, aussi minime soit elle, qui sera qualifiée de commerciale par le fisc.
Le fisc n'attend que cela pour faire cracher les associations. L’État cherche désespérément de l'argent.
http://www.ouest-france.fr/bretagne/sai ... on-1912017
despegue
 
Messages: 1100
Inscription: Vendredi 14 Septembre 2007 21:34

Re: Co-avionnage - suite

Messagede MB83 le Samedi 3 Juin 2017 18:12

Dans leur "grande sagesse" beaucoup de  Présidents d'aéro-club ont modifié le réglement intérieur interdisant ce "TRANSPORT PUBLIC" déguisé...........Mais Il est toujours possible à un membre peu "regardant" de faire une escale sur le terrain d'à côté pour prendre ses "CLIENTS".Image
MB83
 
Messages: 1947
Inscription: Lundi 9 Février 2009 17:59

Re: Co-avionnage - suite

Messagede Tontonlyco le Samedi 3 Juin 2017 18:55

Ou tout au moins réservé au partage entre pilotes en formation ou titrés, la FFA aurait pu l' initier, mais dans sa léthargie légendaire rien.

Lundi dernier je n'ai pas pu me coavionner moi même vu la météo sur le Massif Central et j'ai fait 8 heures de voiture....
Avatar de l'utilisateur
Tontonlyco
 
Messages: 6131
Inscription: Samedi 15 Octobre 2016 17:43

Re: Co-avionnage - suite

Messagede Geoff35 le Samedi 3 Juin 2017 20:47

Pour ma part, j'ai un peu du mal avec les restrictions qu'impose la DGAC sur le coavionnage.

Effectivement comme dis Cactus je partage pas mal de vols avec d'autre pilotes, une branche chacun, mais ça m'est déjà arrivé d'emmener des amis non pilotes, ou potes d'amis etc qui voulaient découvrir le vol, et qu'ils participent au frais.
L'heure de vol, tout le monde peut pas s'en payer tous les weekends donc emmener des gens qui participent ça me semble quelque part un bon compromis, tant que c'est fait dans les règles.

J'ai également du mal à comprendre pourquoi on demande à un mec d'avoir une qualification professionnelle pour bénéficier des privilèges d'un pilote privé.
Je sais pas si on se rend compte qu'en gros, pour faire un baptême en frais partagé, il faut avoir 200h de vol dont 25 dans les 12 derniers mois. Soit ce que 80% des pilotes privés ne peuvent pas faire, par faute de temps, ou plus souvent par manque d'argent, alors que l'argument même du coavionnage sur Wingly ou sur Coavmi, c'est que l'aviation générale coute cher, et que c'est un moyen de partager pour plus voler, donc pour conserver ses compétences...

Et pour un vol ou on se pose sur un autre aerodrome, il faut une qualification IR ou un CPL.... c'est vraiment du n'importe quoi.
On peut parfaitement traverser la France en VFR et en parfaite sécurité.
Pour moi, le texte est clair, un pilote privé peut demander une participation tant qu'il ne fait pas de bénéfices. Si il n'y a pas de bénéfices, ce n'est pas du TP.
Donc je continuerai d'emmener des gens qui veulent voler, sur les trajets que je choisis, en respectant bien sur ce que préconise le club ou l'organisme auquel je loue l'avion.
"Le plus troublant avec les citations sur internet, c'est que leur véracité est dure à prouver" - Napoléon Bonaparte
Geoff35
 
Messages: 204
Inscription: Lundi 14 Septembre 2015 19:00
Localisation: LFBR - Muret
Activité/licences: PPL(A) VFR Nuit

Re: Co-avionnage - suite

Messagede gma le Samedi 3 Juin 2017 21:37

Je serais curieux de rencontrer des pilotes qui, bien que n'ayant pas 25 h dans les 12 derniers mois, décollent demain matin pour traverser la France... Avant même de sortir l'avion, demandez un briefing météo et la prévision déroutement... Vous allez être sidéré !
C'est pas bon de se voiler la face !... Les pilotes qui cumulent moins de 20 h/an (pour une raison ou une autre), consacre essentiellement le peu d'heures de vol qu'ils font à des tours de piste solo puis avec instructeur (relâché machine). Très peu ont la capacité de maîtriser 1 ou 2 occurences simultanées, ils cumulent aisément 6 à 10 erreurs ou manquements par heure de vol (oubli des procédures / négligences)... La gestion d'un coavionnage avec un inconnu n'est donc même pas envisageable.

Toutefois, si c'est permit, nul doute que certains de ceux là feraient...
gma
 
Messages: 2618
Inscription: Mercredi 26 Octobre 2016 16:19
Localisation: Nord de France, UK
Aérodrome: LFQQ, LFQT, LFQD, LFAV, LFAT, LFQB, EGNR, LGIO
Activité/licences: PPL (A), CBIR, VP-RU/ VdN, TW

Re: Co-avionnage - suite

Messagede jc dusse le Samedi 3 Juin 2017 22:14

Geoff35 a écrit:J'ai également du mal à comprendre pourquoi on demande à un mec d'avoir une qualification professionnelle pour bénéficier des privilèges d'un pilote privé.
Je sais pas si on se rend compte qu'en gros, pour faire un baptême en frais partagé, il faut avoir 200h de vol dont 25 dans les 12 derniers mois. Soit ce que 80% des pilotes privés ne peuvent pas faire, par faute de temps, ou plus souvent par manque d'argent, alors que l'argument même du coavionnage sur Wingly ou sur Coavmi, c'est que l'aviation générale coute cher, et que c'est un moyen de partager pour plus voler, donc pour conserver ses compétences...

Et pour un vol ou on se pose sur un autre aerodrome, il faut une qualification IR ou un CPL.... c'est vraiment du n'importe quoi.
On peut parfaitement traverser la France en VFR et en parfaite sécurité.
Pour moi, le texte est clair, un pilote privé peut demander une participation tant qu'il ne fait pas de bénéfices. Si il n'y a pas de bénéfices, ce n'est pas du TP.
Donc je continuerai d'emmener des gens qui veulent voler, sur les trajets que je choisis, en respectant bien sur ce que préconise le club ou l'organisme auquel je loue l'avion.


Ne pas confondre emmener des passagers faisant partie du cercle familial ou amical et emmener des passagers qu'on a eu suite à une publicité (payante ou non) (annonce web, affichette chez le boulanger, ...).
jc dusse
 
Messages: 748
Inscription: Lundi 27 Juillet 2009 02:08

Re: Co-avionnage - suite

Messagede Leon Robin le Samedi 3 Juin 2017 22:57

Dans le co-avionnage, quelqu'un gagne de l'argent : la plate-forme qui l'organise, qui prélève 20% du tarif demandé aux passagers. Voir l'article intéressant à ce sujet dans Info-Pilote de juin.

Donc, je répète : le propriétaire de son avion fait ce qu'il veut, cela m'est totalement égal.
Par contre, dans un club, autoriser ce genre de chose en sachant que la plate-forme X ou Y va empocher 20% sur ces heures faites au sein du club, non merci. Les bénévoles ne sont pas là pour nourrir les parasites, leurs business plans et leurs projets de levées de fonds. Pour le risque fiscal, j'en ai déjà suffisamment parlé.
Léon Robin, LFMD
" Ceux qui sont prêts à sacrifier leur liberté à leur sécurité ne méritent ni l'une, ni l'autre " (d'après Benjamin Franklin)
Site de mon aéroclub : http://aeroclub-uaca.org
Avatar de l'utilisateur
Leon Robin
Défense des plateformes
 
Messages: 13502
Inscription: Mercredi 12 Septembre 2007 22:59
Aérodrome: Cannes-Mandelieu (LFMD)
Activité/licences: PPL (ex-TT transformé)

Re: Co-avionnage - suite

Messagede MaxNTE le Dimanche 4 Juin 2017 00:20

La solution serait alors peut être une plateforme fédérale, mise à disposition par la FFA, et à vocation non commerciale ? Seuls les affiliés pourraient s'y inscrire, et la fédé pourrait mettre plus facilement en avant vers le public intéressé, les caractéristiques du vol VFR à but non commercial, en expliquant dans quelles conditions le vol ne sera pas maintenu...
MaxNTE
 
Messages: 81
Inscription: Lundi 16 Janvier 2017 02:11

Suivante

Retourner vers En l'air, autour de ce qui vole

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: APGT, ArthurLéo, echo-tango, jlb13, micheto, ROMARIM et 38 invités