Bienvenue !

Nous sommes ravis de vous accueillir sur le forum des pilotes privés.
Vous êtes sur un forum de discussions public, permettant aux pilotes privés, mais aussi à tous les passionnés des choses de l'air, d"échanger leurs idées, leurs expériences, leurs questions.
S'il s'agit de votre premier accès à ce site et que vous n'avez pas créé de pseudonyme, votre accès est restreint. Vous devez obligatoirement vous enregistrer avant de pouvoir accéder à la totalité des rubriques, et apporter vos contributions. L'enregistrement ne prend que quelques secondes.
Pour cela, cliquez sur l'option "M'enregistrer " dans le menu à droite ci-dessus. Si vous possédez déjà un identifiant, indiquez-le dans la zone de saisie ci-dessous.
Nous vous remercions pour votre compréhension, et vous souhaitons de passer de bons moments sur le Forum des Pilotes Privés.

Les Administrateurs

tour d'Europe (ou presque)

L'aviation légère et l'aviation en général, pour les pilotes et élèves-pilotes privés, mais aussi tous les amoureux de l'aviation. Les membres inscrits ont aussi accès au "Bar de l'aéroclub".

tour d'Europe (ou presque)

Messagede flaude le Mardi 3 Septembre 2013 00:06

L’avantage d’avoir un avion rapide et la compétence anglaise c’est que l’on va loin.

Petit et rapide récit d’une tour d’Europe en 7 jours : 23 h 12 de vol. 14 étapes.
Image

depart Toussus le Noble le dimanche 25 aout. Meteo exécrable et on decolle sous la pluie. Ca s’améliore assez vite et rapidement on monte au 85. Avant de passer en Corse, on s’arrête à Aix. On fait les pleins, on va déjeuner en Ville et départ pour un transit côtier a 1500 pieds et puis la Corse au 85. On passe non loin de Calvi, mais la destination finale est bien Ajaccio. Ca fait bien 15 ans que je n’ai pas été a Ajaccio et je suis très surpris par la métamorphose de la ville et sa belle lumière. Excellent hôtel trouvé à la dernière minute, excellente soirée avec un collègue de travail et après une première nuit, départ pour Rome URBE. Décollage et montée vers Corte. Ma grande mère habite un petit village vers Cervionne et je ne peux pas résister à quelques passages bas (très bas) autour de ce village situé sur une crête. Je sais bien que cela va alimenter les conversations du soir pendant au moins 3 jours.

Image
Direction ELBA puis la cote et transit côtier classique sous la TMA de ROMA. Cheminement classique à Rome et excellent accueil. L’avgaz est disponible et coute comme dans toute l’Italie 3 euros le litre.
Image

Image

Soirée de rêve dans un 5 étoiles trouvé sur Booking.com pour le prix d’un 2 étoiles et en plus on nous surclasse dans la suite Navonne.
Le roi n’est pas mon cousin ! La météo est un peu complexe. On voulait aller en Croatie, on ira à Budapest et si possible sur la mer noire.
Image

3 heures de vol en grande partie On top et nous survolons le lac BALLATON et arrivé a Budaors (AVGAS a 2,7 euros).
Terrain folklorique où on retrouve une aviation à la papa avec une tour de contrôle datant de la grande époque
(et un agent AFIS exceptionnel), des voitures qui roulent sur la piste pour refueler les avions (a l’essence automobile)
Image
Image
Image
Image

Il fait beau à l’arrivée. Le lendemain en repartant assez tôt, avant même que nous montions dans l’avion, on aura le droit à un orage monstrueux
et on devra attendre quelques heures avant de pouvoir repartir vers LHBC bekescsaba. (AVGAS a 2,34). Superbe petit terrain douanier, dernier terrain de la zone Shengen.

Image
Image
Sans trop attendre, on voit débarquer des douaniers hilares devant notre appareil. Il ne voit pas souvent de si petites bêtes. Le matin, celui qui passait était un Pilatus PC12. On les sent dubitatifs sur nos chances d’aller plus loin...

Décollage dans la crasse et rapidement on passe en Roumanie avec un contrôle pas très casse-pied. Question : altitude max pour passer une barre de nuage ? Réponse : aussi haut que votre avion peut voler ! On a un peu l’impression d’avoir un ATC rien que pour nous. Il vaut juste savoir à quelle heure et où on va passer la frontière. Au passage de la frontière, d’ailleurs, on n’arrive plus a le joindre. On finira par trouver une fréquence et retrouver le contrôle de Sofia en bulgarie.

Image


je vous laisse apprecier la vitesse de l'avion au niveau 85

Image

On se pose sans trop de problèmes après avoir été vectorisé par la tour de Varna avant un: "rappeler stable sur l’ILS". Je vais pouvoir jouer avec mon HSI. En Bulgarie, ils n’ont pas bien l’habitude de voir de si petit coucou, mais ils ont de l’AVGAS (3 euros) et une bonne taxe a 100 euros (en fait c’est pas la taxe qui coute cher, c’est le handling. 75 euros sans la TVA. On se rattrapera sur le prix de l’hotel 4 étoiles.

Image

Comme disait un copain : « Ah Varna, ses stations balnéaires, ses petites brunes en string.... ses camps de vacance à la Soviétique.... » Bon franchement on a vu la mer noire. Pas la peine d’insister. Et puis la météo n’est pas parfaite. On va donc en Grèce voir un peu de soleil. Le seul problème avec la Grèce c'est  qu'ils sont un peu casse-couille. Il faut trouver un point d’entrée avec une douane et si possible de l’AVGAS. Le seul vraiment efficace c’est Corfou [avec préavis de 2 jours]. Comme on arrive par le nord c’est Thessalonique, mais il n’y a pas d’avgas. Il faut 2 heures pour aller de Varna à Thessalonique puis une heure de plus pour relier Athènes Megara [qui n’est pas un point d’entrée] avec préavis de 3 jours maintenant. L'avion ayant 4 heures d'autonomie, on se passera d'AVGAS. Il devrait rester dans les réservoirs au moins de quoi voler une heure avant d'arriver à athènes...


La suite demain...
Dernière édition par flaude le Mardi 3 Septembre 2013 20:21, édité 1 fois.
Avatar de l'utilisateur
flaude
 
Messages: 210
Inscription: Jeudi 15 Mai 2008 19:42
Localisation: Paris, Toussus, Nangis, Biscarosse
Aérodrome: LFAI (Nangis)
Activité/licences: PPL/IR privé

Re: tour d'Europe (ou presque)

Messagede Jacques HM Cohen le Mardi 3 Septembre 2013 01:22

Impressionnant!! Rome Budaors avec un détour en une seule traite. A la louche presque 1200km! Il te restait combien? Au fond à 270 km/h tu fais les mêmes temps de vol que moi mais en allant beaucoup plus loin! Tu as un PA ou tout à la main?
Et que signifie l'emblème sur ta dérive?

J.
Jacques HM Cohen
LFFH
Avatar de l'utilisateur
Jacques HM Cohen
 
Messages: 3291
Inscription: Lundi 17 Septembre 2007 03:16
Aérodrome: LFFH
Activité/licences: PPL / ULM

Re: tour d'Europe (ou presque)

Messagede Philippe Warter le Mardi 3 Septembre 2013 03:23

@Jacques : FL, initiales de de Fred.

@Fred : Beau voyage! A bientôt à Nangis.
Les signatures sur les forums internet sont souvent apocryphes. Jules César.
Avatar de l'utilisateur
Philippe Warter
 
Messages: 11754
Inscription: Vendredi 14 Septembre 2007 21:11
Aérodrome: Meaux/Nangis
Activité/licences: IULM AUTOGIRE PPL

Re: tour d'Europe (ou presque)

Messagede Carrier le Mardi 3 Septembre 2013 07:49

Ouah ! L'avion, le voyage, les destinations, la compétence ... Je bave... Vivement la suite !
Sent from my ordi de me.

Très jolie porcelaine http://www.annick-carrier.fr
Avatar de l'utilisateur
Carrier
 
Messages: 2507
Inscription: Vendredi 14 Septembre 2007 21:00
Localisation: Verseilles, 03300 St Etienne de Vicq
Aérodrome: Lapalisse LFHX
Activité/licences: Voyage, PPL, Part 66 de graisseux, non pratiquant!

Re: tour d'Europe (ou presque)

Messagede flaude le Mardi 3 Septembre 2013 23:51

On remets le couvert:

Déposer un plan de Vol en bulgarie mérite le détour. D'habitude je les envoie par la fonction plan de vol de Skydemon  mais la ca ne passe pas car Skydemon n'a pas la Bulgarie dans ses cartes. Il va donc falloir le faire a la main!

On nous dirige vers le bureau spécial et nous tombons sur un pur produit Pré 1989, pas vraiment pressé. Au bout de 30 minutes, il me passe son chef qui veut nous parler: Il m'explique que le plafond local est de 2500 meids et que nous ne pouvons pas voler dans les nuages et que notre vol est très dangereux. J'essaye de lui faire comprendre que 2500 pieds pour un pilote français c'est pas loin d'être CAVOK, il est un peu dubitatif et il faut vraiment pousser pour enfin avoir ce satané plan de vol...

Image

Image
Image

Decollage sans histoire avec 3500 metres pistes au moins. La météo ne pose vraiment aucun problème et au bout de 20 minutes de transit côtier, on est sous le soleil. C'est sec et pas très intéressant. On fait gaffe a bien mixturer pour consomer le moins possible et le fuel flow donne dans les 34/38 litres. Passage de frontière sans problème, Il fait de plus en plus chaud et surtout de plus en plus beau. On arrive en 1:55 vers Thessalonique. Il reste au moins 70 litres dans les réservoirs d'apres mes calculs et en général je ne me trompe presque jamais de plus de 5 litres. Apres contact avec le contrôle, on nous demande d'orbiter pour laisser passer quelques charters. On mets un cran de volet, on ralenti la machine et apres 5 à 10 minutes a faire des ronds, on est "clear to land". L'avion se pose presque en douceur, mais on remarque que ca sent l'essence dans l'avion. Il y a aussi un drole de bruit dans l'avion! ah zut la pompe à essence est en marche? Philippe a du la mettre en route en mettant les crans de volets car le bouton est juste à coté. Je coupe la pompe! On est drivé par un follow me qui nous parque. Moteur éteint, le handling est deja là. Ravissante brunette qui nous adresse la parole dans un français presque parfait. Cette charmante jeune femme a fait des études de littératures françaises mais doit faire du handling histoire de gagner sa vie!

Elle nous prend en main, nous fait passer les douanes ou il y a une queue énorme. j'achete un peu d'eau et un sandwich. Il fait une chaleur vraiment presque insupportable. On retourne a l'avion apres avoir payer nos 50 euros de taxe et divers. Je prends les commandes pour ce vol là. On est attendu par un copain a Megara qui nous emmene ensuite prendre l'air chez lui au bord de la mer. On est deja mentalement dans l'eau...

Jusque là tout va bien, on a été les rois a thessalonique mais soudainement la mécanique (suisse) va se détraquer: Je demare la machine et rien, NADA. il doit y avoir du vaporlock. Au bout de 15 minutes d'effort et juste avant que la batterie ne rende l'ame, on fini par démarrer la bestiole mais j'ai bien cru qu'on allait passer la nuit a Thessalonique. En plus dans l'avion on crève de chaud, le marshall commence  s'énerver. Notre ravissante créature du handling commencait a s'inquiéter. mais finalement , sauvé, le moteur Tourne! plus rien ne peut nous arrêter. Le marshall me fait signe de bouger! dans une heure on est a Megara et dans 2 heures on se baigne dans le mer Egée.
Je bouge l'avion et alors la tour de contrôle hurle que nous n'avons pas de clearance! C'est vrai. j'ai bonnement suivi les ordres du marshall. Erreur! Philippe se fout de ma gueule et il a bien raison. Et votre plan de vol? je l'ai envoyé mais ils ne l'ont pas reçu. Ils veulent qu'on leur faxe... Mort de rire! comme si j'avais un fax dans l'avion qui enfin a un moteur qui tourne! je sort l'IPAD et par skydemon je rebalance le plan de vol. Effectivement il ne pouvait pas l'avoir car mon premier point n'etait pas thessalonique mais a 3 km du terrain. j'ai du le faire glisser the waypoint en preparant ma route. Je renvoie un plan de vol avec thessalonique comme point de depart et 2 minutes aprs, le contrôle m'appelle en me disant qu'ils ont enfin mon plan de vol. Toutes cette histoire a pris 5 minutes. je regarde les jauges d'essence et là horreur: elles m'annocent qu'ils me reste 15 litres à gauche et 9 litres à droite!

Impossible. On a volé 2 heures, le computer me dit que j'ai 75 litres dans les réservoir... On ne comprends plus rien. Apres l'aventure du démarrage laborieux, je me dit que la chaleur entraine une erreur au niveau des senseurs capacimetriques des réservoirs. Et puis 10 minutes avant de se poser les jauges me donnaient plus de 70 litres... et puis pour corser le tout, la pression d'essence se casse la gueule en permanence. je suis toutes les 2 minutes obligé de remettre la pompe pour 5 secondes. Petite tension dans le cockpit.


et pour finir, le controle nous envoie au point alpha. j'ai beau leur expliquer que je n'ai pas besoin de 3500 lmetres de piste, ils ne veulent rien comprendre. Ok les gars on va au point alpha mais mon moteur chauffe avec vos conneries et je crame mon pétrole aussi!
Pour etre sur que nous y allions, le controle nous envoie un follow me qui nous traine au bout de la piste. Là on voit 3 gros porteurs se poser. Le moteur chauffe doucement et quand j'ai mon autorisation il est moins une pour que j'annule le vol: l'huile est dans le rouge à 115 degrés et les culasses sont dans l'orange vif. malgré ça, on arrive a décoller. Je prends une pente de montée a 200 pieds minutes et tranquillement tout redescend dans le vert. On a quand meme du faire tourner le moteur au moins 30 minutes avec toutes ces conneries et les jauges elles, donnent 15 litres a droite et 6 litres à gauche mais  le fuel computer (qui fonctionne avec le fuel flow) me donne plus de 60 litres. Qui croire? et les jauges qui continue de descendre...

Image
Que faire, on retourne sur ce terrain de malheur avec un mayday? on réfléchit en commun et je suis toujours à ce moment là du vol persuadé que les jauges déconnent.

On va donc essayer de vider un réservoir complètement et voir combien de temps on vole. On part sur celui ou il reste 6 litres et au pire il nous restera 15 litres donc 20 minutes pour trouver un terrain. On vole 10 minutes comme cela et soudainement le moteur s'arrête. Changement de réservoir, il repart! Putain, je ne comprends plus rien. Ou est mon l'essence bordel! N'est ce pas simplement de l'eau dans les réservoirs? A ce moment là du vol on passe devant une piste au bord de la mer. Bon il faut arreter nos conneries: on se pose, on réfléchira au sol. On est tous les 2 d'accord. Contact du contrôle. C'est un terrain militaire et l'ATC nous dit que nous ne pouvons pas nous poser! "This is an emergency landing Miss! Houston we have a problem".
je fais une rapide verticale terrain et une PTU pour me poser sans la moindre clairance bien sur. je n'ai plus qu'une envie: retrouver le plancher des vaches. Une fois au sol , je ne sais pas trop ou aller! La contrôleuse s'agite et me demande ou nous sommes.
me: "Don't worry miss we are safe and we have landed".

ATC:"I do not see you, where are you? did you land?"

on vérifie la fréquence, on pourrait s'etre posé sur un autre terrain. Non c'est bien cela! LGBL...

ATC: I cannot see you. can you tell me what you see from the airplane.

Me: "heu... I can see a fighter, a blue fighter,  we are backtraking runway"

ATC: Oh I can see you now, This is a very small airplane and you have landed on the taxiway!

en fait elle attendait un gros porteur avec passagers et tout le reste du scénario catastrophe...

Taxyway?? Je me suis posé sur un taxiway? pas possible...en fait il y avait bien 2 pistes mais une des 2 pistes a été transformée en taxyway... La bonne piste était noire de gomme, notre piste était immaculé mais avait un peigne et un numéro...

ATC: "stop to move, stop to move! I sent you a follow me".

Fini par arriver un gros 4x4 mercedes que nous suivons. il fini par nous emmener à l'autre bout du terrain dans un endroit on ne peut plus désert.

ATC: "stop and stay in your airplane. and don't move"

Du gros 4x4 sort un type deguisé en pilote de chasse, rayban au nez, genre top gun. Il sourit et nous serres la main.
TopGun: what is your problem? (On apprendra plus tard que c'est le commandant de la base "Wingcombat 1111"

me: "euh... the engine stop so we decide to land. Maybe this is the gazoline that we bought in Varna this morning that gave us this problem"

TopGun: "OK. Do you have an ID and your flying license and no photo allowed here."

on lui donne. Philippe me montre alors que 2 ou 3 jeeps  autour de nous à 50 mètres. Des types, mitraillettes au point commencent à encercler l'avion. Effectivement, ca ne rigole plus du tout.

Image

Un autre type arrive. c'est la police semble t'il? Il repart avec nos passeports. ils veulent vérifier que nous ne sommes pas de dangereux terroristes j'imagine...

Doucement la tension se détend. On finit au bout de 30 minutes par nous laisser sortir de l'avion. Ensuite on va même nous offrir de l'eau puis des cafés glacés à la fin. On ne boira pas l'apéro mais la tension des premières minutes  disparait. Les militaires qui nous encerclaient avec gilet pare balle (ca doit etre sympa sous le soleil cet équipement) commencent a discuter avec nous. Ils rigolent car on leur a annoncé un crash de gros porteur alors notre petit coucou avec 2 mecs mal rasé à l'intérieur ça  les fait rire finalement...

Moi je suis un peu plus inquiet que Philippe. J'ai mon avion au sol sur une base militaire. L'avion va surement être réquisitionné ou immobilisé. On a eu une panne incompréhensible et dans 2 jours je doit être à Paris car j'opère 6 patients lundi matin. je vois deja un plan galère qui se profile...

En fait ce terrain n'est pas que militaire. Il y a une partie civile et effectivement au loin il y a un aérogare. Mais le terrain est fermé. Ils ont fini par appeler les administrateurs de garde, un agent de handling et un homme chargé des bagages. La police nous permet de quitter le terrain militaire et on peut rouler sous le contrôle des militaires vers le terrain civile. Les militaires sont ravis de se débarrasser de nous. On a du les déranger pendant leur sieste... Ils ne nous demanderont plus rien. pas de réquisition, pas un papier a signer, rien...même pas un mot d'excuse!

L'agent de handling est encore une jeune femme qui nous accueille sur le terrain civil avec un sourire et une gentillesse extraordinaire. Anglais impeccable et elle rigole toute seule en permanence et répand en 10 secondes une bonne humeur générale. On range l'avion et comme il est 18 heures elle nous explique que demain a partir de 8 heures, on va tout arranger. Elle va nous trouver un taxi qui va nous trouver un hôtel. effectivement 15 minutes plus tard on est a l'hotel d'Almeyros juste a coté du poulailler et un patronne qui ne parle pas un mot d'anglais. On dresse le plan de bataille pour le lendemain.

Image

j'ai quand même jeté un oeil dans les réservoirs et ils ne sont effectivement pas très plein mais je n'ai aucune idée s'il reste 5, 10 ou 15 litres.

A l'hôtel, on commence à organiser la future journée. Le chauffeur de taxi a promis de nous trouver des jerricans. Reste a savoir si on loue une voiture pour aller à Megara  (qui est a 3 heures de route) pour mettre 60 litres d'avgas dans les reservoirs ou si de l'essence auto permettra de voler. Le moteur est tout a fait capable de bruler du Mogas mais d'ici Megara il y a des transits maritime et des montagnes de manière quasiment exclusive.


j'appelle mes 2 conseillers à Nangis Claude et Remy: pour Claude, c'est de l'eau dans les réservoirs, l'essence de Varna ou il y a très très peu d'aviation générale doit être pourrie. Ca  explique la discordance entre ce que nous donnait le fuel computer et les jauges capacimètres. L'eau modifie le diélectrique et donne des résultats débiles sur les jauges à capacimètre. Ca me plait comme explication! De toute façon Claude a presque toujours raison! Il faut filtrer l'essence avec une peau de chamois et un grand entonnoir et purger le circuit d'essence.


Apres une mauvaise nuit, on se rend au terrain et on décide alors de vidanger les 2 réservoirs et de tout mettre dans un seul. On devrait bien avoir 20 litres encore dans les 2 tanks. On mettra 60 litres de Mogas unleaded 97 dans l'autre réservoir et on aura au moins de quoi aller à Megara.

Et puis surtout on saura vraiment ce qui restait dans chaque réservoir

Notre super chauffeur de taxi nous a fait faire le tour des échoppes et nous avons tout ce que nous voulons: même une peau de chamois

On vidange le réservoir qui d'après les jauges est vide: on tire 0,5 litres d'essence! Quoi c'était les jauges qui disaient vraies??
On vidange l'autre réservoir et j'en tire 3 litres! Putain de merde... On s'est posé avec 5 litres d'essence...  (il y a eu du roulage quand même au sol)

mais où sont parti les 70 litres d'essence que j'avais 10 minutes avant de me poser à Thessalonique (jauge et computer était d'accord à ce moment là) Bon d'accord on a trainé au roulage a Thessalonique, mais une demi j-heure de roulage ne bouffe pas 40 litres!

on refait le film en marche arrière: la pompe, cette pompe que j'ai coupé après s'être posé à Thessalonique car ça sentait l'essence, cette Pompe , on a du  la mettre en action en descendant le premier cran de volet pour faire le holding et elle a tourné 10 minutes ensuite sans que nous nous en apercevions. Les pompes des moteurs à injection sont très puissantes et en générant une surpression dans les canalisations, le clapet de suppression de la pompe à essence mécanique a du s'ouvrir et vidanger gentiment 30 ou 40 litres de bon AVGAS bulgare sur l'hippodrome de Thessalonique... Je me souviens bien maintenant avoir installé un tuyau qui permettait d'évacuer le trop plein d'essence quand j'ai construit l'avion...

Tabernacle!!!

je décapote le moteur, je fais le tour du circuit essence. Pas d'eau et les filtres sont propres. On mets 60 litres de MOGAS dans un réservoir et je fais un point fixe avec cette essence. Ca tourne comme une horloge.

Image

OK, On repart pour Athènes mais on va serrer les fesses. J'appelle mon copain grec pour lui dire que cette fois ci c'est la bonne et on dit adieu à tous nos amis grecs qui nous ont sorti de la panade. Notre agent de handling verse une larme et nous aussi...
C'est ça qui est assez génial en Grèce: l'accueil. On a l'impression que tout le monde est là pour vous aider. Il y a dans ce pays un sens de l'hospitalité assez extraordinaire et je ne connais pas d'endroit où cette notion  est à ce point développé.

Ah oui j'oubliais, je viens de recevoir un mail de Megara qui nous explique que nous ne pouvons passer une nuit la bas car notre demande n'est pas arrivé assez tôt. En 2012 il fallait 2 jours et bien en 2013 il faut 3 jours. je m'empresse de détruire ce mail que je n'ai donc jamais reçu. On verra sur place. En Grèce, il y a toujours un moyen de s'arranger! dans l'etat de fatigue ou je suis, je ne vole pas toute la journée. 30 minutes max!!!

On décolle sans soucie et ce vol de LGBL a LGMG se déroule sans histoire. Une fois posé à Megara, le contrôle nous indique que nous ne pouvons pas rester pour la nuit. OK, Roger! On gare l'avion, on refait les pleins complets (3 euros le litre)

Durant toute cette période j'ai été en contact avec les gens de Greek Helicopter (ceux qui font les cartes VFR de la grece pour Skydemon). Ils ont promis de m'aider pour Megara.

L'agent responsable du terrain râle et nous dit effectivement que nous ne pouvons rester là mais finalement en discutant un peu il me dit qu'il va essayer d'avoir une autorisation exceptionnelle pour la nuit. 10 minutes apres l'avion est dans un hangar a l'ombre et nous sommes dans la voiture de Vasilis. On sait a partir de ce moment là que tout va bien se passer: baignade, ouzo, raki, poisson. La vie est belle!

Le retour vers Paris se fait sans problème. depart samedi matin. Megara Corfou.(1:21 de vol) Pas de gros porteur et accès a la finale directement. On refuelle, on fait la paperasse et on repart.

Image

Corfou Foggia dans les pouilles: 1:50 de vol.
Foggia, il y a de l'AVGAZ: 3 euros de litres. reception parfaite et 20 euros de taxe.

Image
Image

Foggia bastia:(1:58 de vol) transit par les Apenins. le contrôle s'agite car nous sommes un peu haut avant la TMA de Roma. Pas de problème: pour rester sous les 1500 pieds, je m'offre  du radadada entre les montagnes au milieu des paysages merveilleux de l'Umbrie.

Image

On passe par le Gillio, Monte Christo et on arrive a Bastia en légère descente à 200kts. je m'intègre en vent arrière, je ne ralenti l'avion qu'en finale et 3 minutes après on est au parking aviation genérale.

Image

Image



Aeroport-> Bastia (15 km): 1,30 heures de Bouchon: il y a un match à Furiani! Vive la bagnole...

Retour Toussus en 2 étapes: Bastia Megeve en passant par l'Italie. ca evite le trajet par le VOR de saint Tropez et la TMA de Nice. 1:40 de vol

En décollant de Bastia, le contrôleur me demande si nous revenons bientôt? pourquoi? la prochaine fois que vous passez, je veux voir votre avion  car on a tous été impressionné ici à la tour par votre arrivée hier soir à 200kts et votre intégration...
je bois du petit lait! C'est simple: il fait mettre un moteur de 200cv dans un avion de 500 kg. Merci Vans Aircraft pour ce voyage de rêve. On en profite pour demander une clairance et survoler le cap corse avant de filer plein nord vers l'Italie



Image

A Megeve, on salut la troupe locale, on mange (bien) et on se dit que c'est hélas bientôt fini. Personnellement je ne suis pas mécontent que cette petite aventure se finisse si bien. On est quand même conscient qu'on est passé pas très loin de la catastrophe.

Megeve Toussus: 1:50 sans se presser. Le controle de Paris info est saturé. On est bien loin de la Roumanie...


FIN
Dernière édition par flaude le Mercredi 4 Septembre 2013 20:36, édité 1 fois.
Avatar de l'utilisateur
flaude
 
Messages: 210
Inscription: Jeudi 15 Mai 2008 19:42
Localisation: Paris, Toussus, Nangis, Biscarosse
Aérodrome: LFAI (Nangis)
Activité/licences: PPL/IR privé

Re: tour d'Europe (ou presque)

Messagede Carrier le Mercredi 4 Septembre 2013 08:22

Superbe voyage.

Excuse, Flaude, mais vu ton expérience et ta compétence, comment as tu pu partir de Théssalonique dans ces conditions, ce qui a engendré le reste ?
Doutes sur l'essence = je reste au sol et je fais le point. Tu aurais pu t'en faire voler, une fuite au sol etc ...
Ta prévol ? Fais nous avancer en facteurs humains STP. Tu es chirurgien, je suppose que tu recompte tes outils en fin d'intervention, que si tu n'es pas sûr d'un truc, tu n'opères pas etc ... Comment as tu raisonné en avion ?
Pour le reste, j'ai fait aussi, c'est superbe. Ton RV est un rêve !
Sent from my ordi de me.

Très jolie porcelaine http://www.annick-carrier.fr
Avatar de l'utilisateur
Carrier
 
Messages: 2507
Inscription: Vendredi 14 Septembre 2007 21:00
Localisation: Verseilles, 03300 St Etienne de Vicq
Aérodrome: Lapalisse LFHX
Activité/licences: Voyage, PPL, Part 66 de graisseux, non pratiquant!

Re: tour d'Europe (ou presque)

Messagede Jacques HM Cohen le Mercredi 4 Septembre 2013 09:11

Carrier et al
Juste un petit point de langue française: la Thessalonique est en français le nom de la province ( sous Louis XIV c'était la Thessalie comme en Grec Thessalia ), celui de la ville étant Salonique, et d'aillleurs en espagnol et ladino Salonica, en turc Selanik...
C'est en anglais que Salonique s'appelle Thessalonique. En grec c'est Thessaloniki. Littéralement "victoire des Thessaliens" ( comme alliés des Macédoniens contre les Phocides, que le segment 10 du parcours survole! ). Le terme anglais vient sans doute de leur imprégnation chrétienne et de l’épître aux thessaloniciens
La tendance est d'employer plutôt les noms locaux que les anciens noms français ( regensburg pour ratisbonne, bratislava pour presbourg....etc ). Mais l'emploi de Thessalonique pour Salonique vient uniquement de la paresse journalistique et de la manie de reprendre des dénominations anglaises et américaines. Durant l'expédition militaire de la première guerre mondiale le nom français employé est systématiquement Salonique.

J.
καλή μέρα για Θεσσαλονίκη!!

http://dornac.eklablog.com/nikos-kavvad ... -a83429802
Jacques HM Cohen
LFFH
Avatar de l'utilisateur
Jacques HM Cohen
 
Messages: 3291
Inscription: Lundi 17 Septembre 2007 03:16
Aérodrome: LFFH
Activité/licences: PPL / ULM

Re: tour d'Europe (ou presque)

Messagede charlie* le Mercredi 4 Septembre 2013 10:32

Magnifique voyage et excellent REX...

Pression ATC sur un gros terrain, objectif destination, biais de confirmation (ce sont les jauges qui déconnent...), et on aboutit à une énorme erreur de représentation de la situation : à cause de la chaleur, les jauges ne fonctionnent pas, le débitmètre est correct et j'ai bien le carburant à bord. Cette erreur entraîne la mauvaise décision de départ.

L'erreur est récupérée par une bonne décision de déroutement qui a dû être difficile à prendre, car c'est se jeter dans beaucoup de problèmes administratifs avec les militaires...mais on est vivant.

Parfois, on fait des erreurs, c'est normal. Ce qu'il faut, c'est savoir les détecter pour les récupérer, c'est ce qui a été fait sur cette expérience. Et cela évite un rapport du BEA...

Quand on doute, il n'y a pas de doute...on s'arrête...

Merci d'avoir relaté cette histoire.
Dernière édition par charlie* le Mercredi 4 Septembre 2013 14:12, édité 1 fois.
Avatar de l'utilisateur
charlie*
 
Messages: 680
Inscription: Samedi 15 Septembre 2007 12:25
Aérodrome: en danger au pays du brouillard et des betteraves
Activité/licences: A fond

Re: tour d'Europe (ou presque)

Messagede yankeepapa le Mercredi 4 Septembre 2013 11:10

Carrier a écrit:Superbe voyage.

Excuse, Flaude, mais vu ton expérience et ta compétence, comment as tu pu partir de Théssalonique dans ces conditions, ce qui a engendré le reste ?
Doutes sur l'essence = je reste au sol et je fais le point. Tu aurais pu t'en faire voler, une fuite au sol etc ...
Ta prévol ? Fais nous avancer en facteurs humains STP. Tu es chirurgien, je suppose que tu recompte tes outils en fin d'intervention, que si tu n'es pas sûr d'un truc, tu n'opères pas etc ... Comment as tu raisonné en avion ?
Pour le reste, j'ai fait aussi, c'est superbe. Ton RV est un rêve !



de l'intérêt de partir en vol avec les réservoirs pleins, plein fait par moi même et vérifié avec le doigt et la jauge.

on a tous connu un moment de doute avec le carburant, moi je ne prends plus de risque.

yves
yankeepapa
 
Messages: 3722
Inscription: Vendredi 14 Septembre 2007 21:35
Localisation: quiberon
Aérodrome: LFEQ
Activité/licences: PPL/ulm rapidos

Re: tour d'Europe (ou presque)

Messagede Simon Jarman le Mercredi 4 Septembre 2013 12:00

"Je me souviens bien maintenant avoir installé un tuyau qui permettait d'évacuer le trop plein d'essence quand j'ai construit l'avion..."

J'étais épaté par ce récit de voyage. Quel périple, mais il aurait pu mal finir à cause d'un problème inhérent dans la construction amateur. J'ai discuté ce problème avec vrh l'autre jour et il a un dispositif qui coupe la pompe de transfer lorsque le réservoir est plein. Je pense qu'une protection autour de l'interrupteur de la pompe s'impose pour ne pas pouvoir l'actionner involontairement, et un tuyau suppémentaire pour remettre le trop plein dans un réservoir au lieu de le perdre à jamais. En voyage on sature vite surtout dans les circonstances décrites à (Thes)salonique. Image

Image
Un souci de carburant ? Image
Simon Jarman
Avatar de l'utilisateur
Simon Jarman
 
Messages: 462
Inscription: Samedi 15 Septembre 2007 11:36
Aérodrome: LFDH
Activité/licences: PPL, ULM, English Proficient

Re: tour d'Europe (ou presque)

Messagede JodelD140 le Mercredi 4 Septembre 2013 13:09

Merci pour ce beau récit qui me rappelle de bons souvenirs lorsque nous sommes allés a Santorin quelques années auparavant.


Christophe Margueritte
d140.fr
Avatar de l'utilisateur
JodelD140
 
Messages: 980
Inscription: Dimanche 16 Septembre 2007 08:29
Localisation: Chasnais en Vendée
Aérodrome: LF8523 Luçon/Chasnais
Activité/licences: PPL

Re: tour d'Europe (ou presque)

Messagede Carrier le Mercredi 4 Septembre 2013 13:20

Simon Jarman a écrit:"Je me souviens bien maintenant avoir installé un tuyau qui permettait d'évacuer le trop plein d'essence quand j'ai construit l'avion..."

J'étais épaté par ce récit de voyage. Quel périple, mais il aurait pu mal finir à cause d'un problème inhérent dans la construction amateur. J'ai discuté ce problème avec vrh l'autre jour et il a un dispositif qui coupe la pompe de transfer lorsque le réservoir est plein. Je pense qu'une protection autour de l'interrupteur de la pompe s'impose pour ne pas pouvoir l'actionner involontairement, et un tuyau suppémentaire pour remettre le trop plein dans un réservoir au lieu de le perdre à jamais. En voyage on sature vite surtout dans les circonstances décrites à (Thes)salonique. Image

Image
Un souci de carburant ? Image
Simon Jarman



Pas du tout, un souci avec le carburant.
Quand je fais une connerie, je l'avoue...ou ne la raconte pas sur un forum. 8 litres à bord, soit 50 minutes de vol là où il en fallait 10 pour atterrir, sans doute pas assez pour alimenter en gravité sans pompe à essence mécanique. Autopsie en cours, mécano au pilori ...
Je renouvelle à Flaude ma question, sans jugement aucun, quel aviateur serais-je pour juger ?

Merci Jacques pour les précisions !
Sent from my ordi de me.

Très jolie porcelaine http://www.annick-carrier.fr
Avatar de l'utilisateur
Carrier
 
Messages: 2507
Inscription: Vendredi 14 Septembre 2007 21:00
Localisation: Verseilles, 03300 St Etienne de Vicq
Aérodrome: Lapalisse LFHX
Activité/licences: Voyage, PPL, Part 66 de graisseux, non pratiquant!

Re: tour d'Europe (ou presque)

Messagede Philippe Warter le Mercredi 4 Septembre 2013 15:05

En fait c'est assez simple, il ne faisait pas confiance à ses jauges, mais à ses calculs. Je fais pareil. C'est plus un piège de construction qu'autre chose.

Septembre 2003. A/R Coulos-St-Omer en Emeraude. 1 seul réservoir classique à l'avant, jauge type Jodel, par tige coulissante à travers le bouchon.
J'ai fait les calculs, avec une petite marge, on doit faire l'aller-retour sans refueller, il devrait rester 15 l (45 minutes sur C90 en étant pessimiste) à l'atterro le soir.
Je fais l'aller, tout va bien, mais une fois posé, la tige est un peu basse, il reste environ 8 cm. Je mets ça sur le compte de la position au sol d'un train classique.
Mon collègue fait le retour. Arrivé un peu après Albert, la tige est en butée basse. Remarque du collègue : conso anormale, on n'y arrivera pas, faut ravitailler.
Je suis sûr de mon coup (connement). Verticale Compiègne, j'annonce : aucun signe de manque d'essence sauf la jauge, elle est donc fausse, on continue.
Je sens qu'à ma gauche on n'est pas tranquille, mais je ne cède pas, toujours connement.
Posé à Coulos, on ravitaille. Restait 16 l dans le réservoir, mes calculs étaient bons, la jauge fausse. En fait simplement trop courte pour descendre au fond du réservoir, accrochée dans le vide par la petite boule du haut coincée dans le bouchon.

Précision : il s'agissait également d'un Fox-Papa. Ceci-dit, des jauges fausses sur CDN, notamment DR253, j'ai connu également.

Conclusion : quand les jauges ne sont pas cohérentes avec la conso, on incrimine en premier les jauges. Déjà en instruction, on nous râbache à juste titre qu'on ne peut pas leur faire confiance.
Les signatures sur les forums internet sont souvent apocryphes. Jules César.
Avatar de l'utilisateur
Philippe Warter
 
Messages: 11754
Inscription: Vendredi 14 Septembre 2007 21:11
Aérodrome: Meaux/Nangis
Activité/licences: IULM AUTOGIRE PPL

Re: tour d'Europe (ou presque)

Messagede Haflinger le Mercredi 4 Septembre 2013 15:27

dans le doute abstiens toi et lorsqu'on est au sol on peut jauger directement dans le reservoir

une lecon a retenir
"dynamique" et "hero", ................. herodynamique !!!

Mauser Fokker
Avatar de l'utilisateur
Haflinger
 
Messages: 6579
Inscription: Mercredi 20 Avril 2011 13:42
Activité/licences: UV light

Re: tour d'Europe (ou presque)

Messagede ecuny le Mercredi 4 Septembre 2013 15:45

bonjour à tous et merci de ce recit manifique :

j'ai une question : la pompe sur ON augmente-elle la consomation car il m'est arrivé la meme histoire : un AR nantes saucats en DA 20, à l'arrivée il ne me restait que 5litres dans le reservoir, alors qu'il devait en rester au moins 15. les jauges m'avaient bien indiquées que j'étais trop court en pétrole, mais je me suis raccroché à mes calculs que j'ai fait et refait et que j'ai controlé plus tard en revolant sur le même avion.
la seul petite chose est que j'ai oublié la pompe après le decollage pendant 20 min à une demie-heure. (NB le DA20 est à injection).

emmanuel
ecuny
 
Messages: 275
Inscription: Samedi 8 Novembre 2008 20:59
Aérodrome: lfcs
Activité/licences: tt transformé, vdn, ifr privé national (en cours)

Suivante

Retourner vers En l'air, autour de ce qui vole

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Andre Tissot, Bee Gee, coromon, JMi, Klein, Matthias, Yahoo [Bot] et 51 invités